Productions Agricoles

Les génisses donneront des génisses

L’utilisation de la semence sexée diffère selon les races et selon la parité.

Dans la majorité des races laitières, près de 40 % des génisses sont inséminées avec ce type de semence. Pour les vaches, c’est variable selon les races : quand la fertilité est plus faible et les risques de vêlages difficiles peu élevés, comme en Prim’Holstein, moins de 4 % des vaches sont inséminées en semence sexée. Quand la fertilité est plutôt assurée, et les vêlages moins faciles, comme en Montbéliarde, 13 % des vaches sont inséminées. En race jersiaise où la naissance d’un mâle n’est pas souhaitée, plus de 40 % des génisses et 20 % des vaches sont inséminées avec de la semence sexée.
Ces inséminations sont principalement réalisées en première IA. Après une 1re IA sexée, la seconde (si retour) est assurée en semence sexée dans 50 à 60 % des cas, et 85 % des IA3 sont en semence conventionnelle. Au total 11,6 % des IA premières et 3,9 % des IA de retour sont sexées.
Les inséminations sexées mâles représentent moins de 0,1 % des IA sexées renseignées en races laitières et 32 % en races allaitantes, principalement en Charolais (3 300 IA mâles et 4 000 IA femelles).

Plus de femelles

Au plan de la population globale, la déviation du « sexe ratio » est maintenant sensible, surtout en race montbéliarde où la pratique s’est répandue tôt et massivement. Avant la disponibilité et le développement des IA en semence sexée, le ratio en races laitières était de l’ordre de 48-49 % de  femelles pour 52-51 % de mâles. En 2013 et en race montbéliarde, 53 % des veaux nés sont des petites génisses. Cette tendance est moins marquée en Prim’Holstein et en Normande, mais le sexe ratio des naissances dévie aussi vers plus de femelles. La tendance va fortement s’accentuer. Bernard Laurent / Source : Institut de l’élevage

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer