Productions Agricoles

Vigilance vis-à-vis des pucerons en pois

Le Pirimor G, lors de sa récente réévaluation, a perdu sa mention abeilles pour l’usage pucerons protéagineux pois et féverole. Il ne subsiste donc plus actuellement de solution aphicide spécifique utilisable en floraison du pois ou de la féverole. Il est donc indispensable de faire un état des lieux précis avant floraison et prendre en compte les nouveaux seuils d’intervention.

Le temps doux et ensoleillé de ces derniers jours a favorisé l’arrivée des pucerons sur les parcelles de pois et féveroles d’hiver. Le puceron vert du pois (Acyrthosiphon pisum), qui peut être vert ou rose et d’aspect brillant, est un puceron de grande taille, 3 à 6 mm. Ses antennes sont aussi longues que son corps. Il passe l’hiver sous forme d’œuf, souvent dans des parcelles de luzerne. Les adultes ailés apparaissent au printemps et colonisent les parcelles de légumineuses dont le pois protéagineux. Ils se localisent préférentiellement à la base des fleurs, sur les organes les plus jeunes des plantes ou à l’extrémité des tiges.
Insecte piqueur-suceur, il provoque des dégâts directs par ses ponctions de sève entraînant un affaiblissement de la plante, un jaunissement des feuilles et un possible avortement des fleurs. Les pertes de rendement en cas de fortes populations et d’arrivée précoce sur la culture peuvent atteindre 30 q/ha et réduire le PMG. Ils sont également source de viroses surtout lorsqu’ils arrivent précocement sur les parcelles.
Le puceron vert du pois est nuisible dès le stade 10 feuilles/début floraison jusqu’à la fin du stade limite d’avortement (FSLA). Les hivers doux favorisent les éclosions précoces et les printemps secs les colonisations.

Intervenir avant l’installation des colonies

Depuis le retrait récent de la mention abeille du Pirimor G, il n’y a plus d’aphicide strict utilisable durant la floraison du pois ou de la féverole. Or, le seuil d’intervention « historique » de 20-30 pucerons par plante était défini sur la base de ce type d’insecticide. En absence d’insecticide à effet « choc », il est important d’intervenir avant que les colonies ne soient trop installées. Il faut donc surveiller ces parcelles avant même l’entrée en floraison et d’intervenir dès que le seuil de 10 pucerons par plante est atteint. Pour dénombrer ces pucerons, il faut secouer quelques tiges au-dessus d’une feuille blanche rigide. Les pucerons, s’ils sont présents, tombent dès qu’ils sont dérangés. Répéter ce comptage en différents points de la parcelle.

  • Si le seuil de 10 pucerons par plantes n’est pas atteint, ne pas traiter et renouveler l’observation quelques jours plus tard.
  • Si le seuil est atteint avant la floraison, vous pouvez intervenir avec Pirimor G à 0,5 kg/ha, aphicide strict préservant les auxiliaires.
  • Si le seuil est atteint durant la floraison, utiliser un pyréthrinoïde autorisé. Ne pas attendre que la pression pucerons soit trop forte, car l’efficacité de ces insecticides est inférieure à celle du Pirimor G. Cetiom Bretagne-Pays-de-la-Loire
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer