Dossiers

Champ libre aux légumes

Le Cardinal est au point

Vincent Le Quellec cultive une nouvelle variété d’artichaut à Pleumeur-Gautier (22). Une nouveauté qui permettra de diversifier l’offre sur les marchés.

Après Camus et Castel, voici Cardinal. Le dernier né de l’OBS (Organisation bretonne de sélection) se cultive en Bretagne depuis cette année. 24 hectares sont répartis sur le Finistère et les Côtes d’Armor. Vincent Le Quellec, producteur de légumes à Pleumeur-Gautier (22), fait partie des pionniers de la variété. « Le Cardinal se remarque tout de suite dans les champs avec sa robe violette. Je lui trouve un goût plus sucré que les autres variétés, avec une taille identique à celle du Camus, mais avec un cœur plus important », note le jeune légumier. Cette production marginale aide la filière légume à visualiser le comportement de l’astéracée dans les champs.

Vincent Le Quellec innove avec le développement d’un nouvel artichaut
Vincent Le Quellec innove avec le développement d’un nouvel artichaut globuleux violet : le Cardinal.

« Nous avons la volonté de diversifier toujours notre offre. Il faut segmenter la gamme pour ne pas rester sur un seul produit. Après des tests sur le Salambo, globuleux violet du Sud de la France, nous n’avons pas obtenu satisfaction, car un quart de l’artichaut restait vert. Les essais menés avec la variété de l’OBS ont par contre porté leurs fruits. Le Cardinal n’a pas posé de problèmes phytosanitaires, de tenue ou de conservation. 4 producteurs ont essayé cette variété avant de l’étendre sur 24 ha », note Xavier Thépaut, responsable du marché et responsable des produits chou-fleur et artichaut à l’UCPT (Union des coopératives de Paimpol et du Tréguier). Le grand avantage du Cardinal réside donc dans son intérêt visuel et dans l’attrait qu’apporte la nouveauté. Avec une ramification importante et une épaisseur de fond intéressante, le Cardinal séduit. Cette opportunité de développement de nouveaux marchés, les grossistes l’ont bien saisi.

Gros au Nord, petit au Sud

Les habitudes de consommation d’artichauts ne sont pas les mêmes suivant les régions. « Globalement, les populations méditerranéennes préfèrent les petits artichauts, à l’inverse des régions plus septentrionales qui penchent plutôt vers de gros légumes. Le Cardinal a un potentiel certain. Passé la Loire, il y a un potentiel commercial à explorer. Nous l’avons mesuré, avec la forte demande qu’il a suscitée. La prudence était de rigueur toutefois cette année, au vu des faibles volumes de marchandises disponibles. Nous avons communiqué nos surfaces aux négociants, afin d’attirer leur attention sur la pénurie possible du produit », poursuit Xavier Thépaut.

Le Cardinal se fait remarquer par sa belle couleur violette
Le Cardinal se fait remarquer par sa belle couleur violette.

Maîtrise technique

L’itinéraire technique à suivre pour produire le Cardinal est maintenant maîtrisé. « La conduite de la culture est globalement identique aux autres artichauts. Le cardinal semble toutefois plus sensible à l’oïdium. Le pédoncule court, avec une tête mère collé à l’aile, est un défaut à corriger. Le travail de dédrageonnage, délicat cette année, a démarré début août pour se terminer fin septembre. Mais cette vigueur du Cardinal s’explique par des conditions météorologiques particulières, très propices au développement végétatif. Quand on fait le choix de l’innovation, il faut s’attendre à des besoins de main-d’œuvre plus important », résume Vincent Le Quellec.

7 années pour le développement d’une variété

L’OBS cherche, suite à des demandes émanant du terrain, à améliorer constamment le catalogue variétal de légumes. « Les producteurs recherchent toujours des variétés plus tolérantes aux maladies. Notre objectif premier pour la variété Cardinal était de développer des gros capitules avec de bonnes propriétés de conservation et de tolérance. En parallèle, la couleur de l’artichaut petit violet s’estompe suivant les conditions météorologiques et les dates de récolte. Le Cardinal arrive donc à point nommé sur le marché nouveau des globuleux violets en réponse à ces deux critères. Pour créer une nouvelle variété, nous utilisons des ressources génétiques collectées au niveau mondial. En fonction des objectifs définis avec les producteurs, nous choisissons les plantes à exploiter. Nous réalisons naturellement des croisements sexués pour recombiner les caractères génétiques.

La variabilité ainsi créée est exploitée ensuite pour la sélection des plantes adaptées aux conditions de culture et aux attentes du consommateur. Le Cardinal provient d’un croisement réalisé en 2007, les graines obtenues ont été semées l’année suivante. Nous avons choisi les meilleurs pieds. Une évaluation en réseau, chez des producteurs, au Caté et à l’OBS depuis 2010, a confirmé l’intérêt de la nouvelle variété. En parallèle, les drageons ont été multipliés pour aboutir aux premiers débouchés commerciaux en 2014 », précise Véronique Tremellat, directrice de l’OBS.

2015, année décisive

29 000 colis ont été livrés cette année, déclinés en 5 calibres. « Les petits volumes proposés en 2014 étaient dangereux dans la mesure où si nous étions dans l’incapacité pendant deux ou trois jours à livrer nos clients, un report sur le Camus ou le Castel se réalisait. En juin prochain, la mise en culture sera proposée à d’autres producteurs, et nous déciderons alors de la surface allouée. Nous tablons peut-être sur 100 ha de drageons pour vraiment entrer dans le marché. Nous n’avons fait qu’entamer le développement commercial, et la constance de la prochaine production assurera un déploiement à plus grande échelle », pense Xavier Thépaut.

Vincent Le Quellec garde à l’idée que la production passe par l’innovation. Associé dans un Gaec familial de 50 ha, assolé avec 27 hectares d’artichauts et 22 de chou-fleur, il s’intéresse aux dernières nouveautés de l’OBS, notamment un futur petit violet. « J’aime la nouveauté, mais les risques pour le producteur sont faibles au vu des petites surfaces consacrées à ces essais. J’ai pour habitude de garder 5 ans la culture d’artichaut sur mes parcelles ». Fanch Paranthoën

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer