Productions Agricoles

Un bon début de saison

Le premier cycle de pâturage s’achève cette fin de semaine chez Jérôme Oizel, éleveur de vaches allaitantes au Foeil (22).

Depuis la mise à l’herbe, le principal lot de vaches allaitantes (30 VA et veaux) a tourné sur 10 ha de prairies pendant environ 40 jours : « Les 3,5 ha supplémentaires du circuit seront sans doute fauchés », explique Jérôme Oizel, installé depuis 8 ans au Foeil. Pour réussir à nourrir ses 1,8 UGB/ha de SFP, l’éleveur respecte des intervalles d’au minimum 40 jours en pleine pousse entre deux pâturages, pour arriver jusqu’à 60 jours en été quand la pousse ralentit : « L’objectif : avoir le maximum de rendement (2 à 3 t MS) à chaque pâturage, quatre à cinq dans la saison,  sans perdre trop en qualité d’herbe. Je vise le zéro gaspillage ».

Jérôme Oizel gère les prairies des vaches au fil avant : « Les paddocks durent entre 4 et 6 jours, selon leur taille (en moyenne un hectare). Si on dépasse 4 jours de présence, je mets aussi un fil arrière. Je gagne ainsi en temps de repousse ». Pour les génisses, l’éleveur est un peu moins rigoureux et limite l’utilisation du fil avant à la période de l’épiaison pour éviter les refus.

La ferme

  • 1 UTH / 65,7 ha de SAU
  • 1,8 UGB/ha de SFP
  • 45 ha d’herbe, 8 ha de maïs,
  • 1,7 ha de betteraves, 4,5 ha de méteil, 6,5 ha de céréales (triticale, blé, orge)
  • 1 147 € de marge brute / vache
  • 65 € de coût d’élevage pour 100 kg vif

En mai, on doit être débordé d’herbe

« Entre le 15 et le 20 mai, on doit être débordé d’herbe : c’est le repère que m’a transmis le cédant, déjà en système herbager, et ça marche ! Pas de panique, certes on est débordé, mais on sait où on va. Il ne faut pas débrayer trop de parcelles, au risque de se retrouver 15 jours plus tard à court d’herbe ». Le parcellaire est éclaté sur trois sites – un site de 31 ha au Foeil, un autre de 10 ha au Vieux-Bourg et 22 ha à St-Donan –, chacun avec ses lots de bêtes, six en tout, pour valoriser au maximum le pâturage et éviter les transports d’animaux.

A l’exception de 8 ha en prairies naturelles, toutes les prairies entrent dans la rotation tous les 5 à 7 ans. La rotation classique est : prairie – maïs ou betteraves – céréales. Dans les terres les plus humides, Jérôme Oizel remplace le maïs par du méteil ensilé au 15 juin, désormais suivi d’une dérobée, « pour pomper l’azote du sol et rompre davantage le cycle de la prairie ». Il sème des multi-espèces, qui varient selon les parcelles. Sur les parcelles séchantes, c’est dactyle (6kg), fétuque élevée (6 kg), RGA demi-tardif (2 kg) + luzerne (10 kg), TB (3 kg) et TV (3 kg). Sur les terres humides, les mélanges se composent de fétuque élevée, fétuque des prés, RGA tardif et trèfle blanc.

Bien gérer le dactyle

« J’utilise du dactyle depuis le début : c’est plus productif que le RGA et plus facile à sécher. La valeur alimentaire est moindre, mais cela convient bien pour des vaches allaitantes. Il doit être pâturé au bon moment, en particulier au premier passage pour couper l’épi et assurer toute la saison des repousses feuillues ». Les coupes attendent la première semaine de juin, « pas trop tôt sinon on perd en volume ».

En 2008, quand le prix du broutard a chuté, Jérôme s’est lancé dans l’engraissement, « dans une démarche autonome et économe, aussi bien au niveau financier qu’au niveau alimentaire ». Il a réintroduit du maïs, puis de la betterave, dans son assolement, a augmenté le rendement de ses prairies en les renouvelant. Aujourd’hui,  il affiche ainsi un coût d’élevage (coût d’alimentation et frais d’élevage) de 65 € pour 100 kg vif, quand la moyenne se situe à 98 € pour 100 kg vif (données Elvéa).

Choisir la surface à faucher

Au mois de mai, on doit estimer au plus juste le stock d’herbe à garder sur pied et celui que l’on peut faucher. La règle : veiller à garder suffisamment d’herbe à pâturer pour ne pas redistribuer le stock récolté 15 jours plus tôt. Quelques conseils : décider sur le terrain, avec le planning de pâturage. Sur le circuit des vaches, on commence par enlever les parcelles qui sont trop avancées. On suit alors le parcours théorique des vaches dans les 40 prochains jours en allant voir chaque prairie dans l’ordre de pâturage prévu.

L’avis de :

Jean-François Orain, St-Malo-des-Trois-Fontaines (56) en zone séchante

La saison de pâturage se présente très bien : la pluie favorise la pousse d’herbe qui explose, malgré le froid d’il y a 15 jours. 13 ha ont déjà été débrayés pour les vaches. La production est de 20,5 kg/j/VL (TB à 40 et TP à 32) avec une ration composée uniquement d’herbe, et d’un peu de foin mais elles en mangent peu. Normalement, je faucherai autour du 25 mai (à 50 % MS) les 13 ha débrayés pour de l’ensilage en autochargeuse. Une dizaine de génisses vêleront bientôt. J’ai quelques parcelles que je réserve pour le foin. Elles n’ont pas été déprimées car pas portantes jusque-là et je n’aurai pas le temps de passer dessus avec les vaches. Civam AD 56 : 02 97 66 32 62

Alain Normant, Mahalon (29) en zone intermédiaire

Le temps est poussant pour l’herbe. Les vaches ont terminé le 1er tour de pâturage au 15 avril. Comme pour les années précédentes, le déprimage aura duré 60 jours pour l’ensemble des pâtures. Les vaches ont principalement de l’herbe et un peu de foin. La production mesurée est de 16 L/VL/jour et les taux sont bons : TB 52,6 et TP 35,3. Le 1er mai, j’ai fauché 10 ha d’herbe pour constituer un silo qui sera complété par du maïs, 3 ha supplémentaires sont consacrés à l’enrubannage. Le rendement réalisé est de l’ordre de 2,5 t MS/ha.  Il faut désormais bien repérer les chaleurs pour préparer le prochain cycle d’IA afin de regrouper encore plus les vêlages l’année prochaine. Civam 29 : 02 98 81 43 94

Marcel Tuaux, Montours (35) en zone humide

Avec les conditions météorologiques de ces dernières semaines, l’herbe est plutôt au rendez-vous. La distribution du maïs est arrêtée depuis le 25 avril, seulement 1 kg de foin est donné le matin. Le reste de l’alimentation est composé uniquement d’herbe pâturée. Les vaches laitières entament le 2e passage sur les parcelles ayant reçu du fumier le 29 mars. La production par vache se situe entre 18 et 20 kg de lait suivant le début ou la fin du paddock (35 TP, 41 TB). Je pense réaliser une première coupe la semaine prochaine sur une prairie de fauche RGH-TV. Je privilégie l’enrubannage à l’ensilage pour des raisons de simplification du travail et de disponibilité de main-d’œuvre. Adage 35 : 02 99 77 09 56

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer