Politique et Syndicalisme

La FNSEA redéfinit son programme

Le congrès national à Biarritz (64), la semaine dernière, a permis à Xavier Beulin de rappeler les orientations de la FNSEA. Le congrès a aussi été l’occasion de renouveler le conseil d’administration.

Il faudra attendre le 9 avril pour que soit officiellement élu le bureau et le président. Mais c’est sans attendre que Xavier Beulin – qui devrait être reconduit à la présidence de la FNSEA – a défini une « feuille de route pour les trois ans à venir », lors du congrès électif du syndicat. Xavier Beulin promet un syndicat « plus exigeant », notamment à l’égard des pouvoirs publics, accusés de promettre plus rapidement qu’ils n’agissent, particulièrement en matière de simplification.

Arbitrages Pac

Parmi les engagements du gouvernement, la « transparence » appliquée aux exploitations sous forme sociétaire permettant de multiplier les aides européennes par le nombre de sociétaires. Une promesse que François Hollande « doit tenir » estime François Thabuis, président national JA. Les arbitrages de la nouvelle Pac ne sont pas encore tous rendus et doivent l’être « de manière urgente », insiste-t-on à la FNSEA : les enveloppes finales pour les aides couplées, par exemple. Autre arbitrage attendu, les engagements financiers du 2e pilier « qui en conditionnent l’efficacité ». Le syndicat est aussi dans l’attente d’une alternative au Crédit d’impôt compétitivité emploi promise pour les coopératives qui n’y ont pas droit. « Il ne faudra pas mollir » non plus sur la suppression des cotisations familiales, dans le cadre du pacte de responsabilité annoncé par François Hollande, prévient Xavier Beulin.

Les Bretons au conseil d’administration

L’élection du 26 mars, a permis de reconduire  au conseil d’administration de la FNSEA Thierry Coué (56), président de la FRSEA Bretagne, Thierry Merret, président de la FDSEA 29 et Jean-Paul Bizien (29) au titre de la section nationale des anciens exploitants. Didier Lucas, président de la FDSEA 22, intègre le nouveau conseil, comme Alain Le Bellac (29) au titre de la section nationale des fermiers et métayers.

Ecologistes

Ce dernier annonce aussi une position plus dure à l’égard des écologistes et des « groupuscules » qui « bloquent des initiatives pendant des années sans qu’on leur demande la moindre contrepartie ». Les règlements sont aussi dans le collimateur. A propos d’agroécologie, Xavier Beulin rappelle que « la clé, la seule, c’est la recherche, l’innovation, le progrès ». D’où, à ses yeux, la nécessité de conforter les outils de développement, instituts techniques, Chambres d’agriculture, coopératives. Et de demander « une autre gouvernance du Casdar » (compte finançant le développement agricole et rural) afin de « ne pas saupoudrer l’argent ». Le syndicat veut aussi préparer les outils de demain pour la gestion des risques. Par la prévention, d’une part, comme la gestion de l’eau ou la recherche variétale pour obtenir des espèces plus résistantes. Mais aussi avec l’épargne de précaution – DPI et DPA – pour lesquelles les plafonds doivent être revus. La FNSEA propose surtout un socle d’assurance de base à souscrire par le plus grand nombre, pour donner les moyens aux agriculteurs de redémarrer après un coup dur. Un dispositif incitatif qui pourrait même devenir obligatoire si les pouvoirs publics le soutiennent financièrement. L’idée est d’imaginer un système qui pourrait être prêt pour les négociations de la future Pac, celle qui démarrera en 2020. Et qui se préparera dès 2018. « Autant dire que c’est demain », prévient Xavier Beulin.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer