Élevage

Le post-trempage des trayons fait barrière

Il est actuellement admis que la mise en place du post-trempage dans un liquide antiseptique réduit l’incidence des nouvelles infections intramammaires d’au moins 50 %.

Le post-trempage vise à détruire les germes qui profiteraient de l’ouverture du sphincter pendant la traite pour coloniser les quartiers. D’où l’action bactéricide de ces produits qui cherchent à limiter la survenue de nouvelles infections en empêchant la pénétration des bactéries le temps que le sphincter du trayon se referme. À noter que certains produits de trempage revendiquent aussi une activité virucide pour lutter contre les affections de la peau du trayon.

Un objectif secondaire est d’améliorer la qualité et la résistance de la peau du trayon par l’adjonction d’agents émollients, adoucissants, hydratants ou surgraissants. Ils vont préserver ou rétablir l’hydratation et l’élasticité de la peau. L’amélioration de la qualité de la peau du trayon limite les phénomènes douloureux engendrés par l’installation de traite. Par leur action cicatrisante, ces agents vont également limiter la présence de réservoir secondaire. Des études ont démontré que la peau d’un trayon crevassée expérimentalement était plus propice à la colonisation par Staphylococcus aureus qu’une peau intacte.

Une efficacité variable

« Le trempage des trayons, à lui seul, ne réduit de façon substantielle le niveau d’infection d’un troupeau qu’après de longs mois de pratique. En effet, s’il peut prévenir la majorité des nouvelles infections intramammaires, il a peu d’efficacité pour réduire la persistance des infections déjà en place », explique Emmanuel Bernard, docteur vétérinaire.

Reste que le trempage, selon l’antiseptique utilisé, a une efficacité variable selon les espèces bactériennes présentes sur le trayon. Des essais ont par exemple démontré que le nombre d’infections causées par Streptococcus agalactiae et Staphylococcus aureus était réduit par la mise en place du trempage alors que cette technique n’avait que peu ou pas d’effet sur les infections dues à d’autres espèces de Streptocoques et Escherichia coli.

Enfin, certains antiseptiques utilisés dans les produits de trempage peuvent aussi avoir un pouvoir irritant sur la peau du trayon. Ce peut être le fait du principe actif lui-même, du pH mal ajusté de la préparation ou de la détérioration de la solution lors de son stockage. Les lésions d’irritation qu’ils produisent peuvent favoriser la colonisation de germes responsables de mammite. Également, le trempage réalisé par très grand froid peut induire des gerçures des trayons. Pour éviter ou réduire ces inconvénients, les fabricants incorporent dans leur produit des émollients comme la glycérine ou la lanoline.

Un film protecteur
Les produits, dits filmogènes, forment en séchant un film protecteur et transparent qui recouvre le trayon. Leur rôle est d’empêcher les germes et les souillures de pénétrer dans le canal du trayon pendant l’intervalle séparant deux traites. Si les germes sont déjà présents sur la peau, le produit, en séchant, les immobilise et les retient dans la pellicule ainsi formée. Ils sont ensuite éliminés avec cette pellicule par lavage avant la traite suivante. Ce type de film est aussi un rempart contre la contamination par des germes d’environnement.

Quels désinfectants ?

Les dérivés iodés
Il est le désinfectant le plus répandu. Caustique, peu soluble dans l’eau, il est associé à un agent stabilisant qui permet sa libération progressive et qui réduit aussi son odeur, son action irritante et allergisante.
La chlorhexidine
C’est le produit de la famille des biguanides des milieux hospitaliers. Les biguanides agissent en modifiant la perméabilité des membranes bactériennes. Sa rémanence sur la peau des trayons est comparable à celle des iodophores. Elle est incolore, on rajoute classiquement un colorant bleu pour la repérer sur les trayons.
Les dérivés chlorés
Le chlore et ses dérivés sont de très bons antiseptiques, mais irritants. Cependant, ils sont sensibles aux conditions de température et de pH, à l’exposition aux ultraviolets et à la matière organique. Les solutions ont des durées de vie courte et doivent être préparées juste avant leur utilisation. C’est donc perçu comme un inconvénient. Cependant, l’action antiseptique peut être prolongée par l’effet barrière dans un produit filmogène.
Les agents tensioactifs
L’acide dodécylbenzène sulfonique (DBSA) est un agent tensioactif, souvent associé à des acides organiques pour diminuer le pH de la solution. Il est utilisé seul ou associé avec d’autres antiseptiques. Il persisterait 6 heures sur les trayons. Cependant, sa viscosité importante fait que la consommation, donc son coût d’utilisation, est relativement important.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer