Une transmission réussie sur l’île de Bréhat

Invité par le Réseau Agricole des Iles Atlantiques, le vice-président de la Région en charge de l’agriculture a découvert les particularités de l’exploitation maraîchère tenue par 3 associées sur l’île de Bréhat.

18734.hr light - Illustration Une transmission réussie sur l’île de Bréhat
Émilie Barut, maraîchère et associée du Gaec de Kervilon ; François Le Tron, président du Réseau Agricole des Îles Atlantiques (RAIA) ; Arnaud Lécuyer, vice-président de la Région Bretagne en charge de l’agriculture

L’exploitation maraîchère biologique du Gaec de Kervilon sur l’île de Bréhat est l’exemple type d’une transmission réussie. Le fondateur de la ferme, François Le Tron, président du Réseau Agricole des Îles Atlantiques (RAIA), a transmis sa ferme progressivement à partir de 2016. Aujourd’hui, 3 femmes sont à la tête de cette exploitation : Marion Regler s’est installée en 2016, Voninandro Harrivel en 2018 et Émilie Barut en 2023. « J’avais découvert la ferme en 2021 en tant que saisonnière. Le cadre de travail et l’originalité du projet m’avaient donné envie de m’installer ici. J’ai réalisé le stage parrainage sur 1 an pour découvrir l’exploitation en détail avant de m’engager dans le rachat de parts », raconte Émilie Barut. Une DJA bonifiée La construction de logements sociaux et communaux par la municipalité a été indispensable pour la concrétisation de cette transmission d’exploitation. « Pour que les gens viennent travailler sur l’île à l’année, il nous faut des logements. Nous avons 17 logements sociaux, 8 communaux et 5 autres sont en cours de réhabilitation », indique Olivier Carré, le maire de Bréhat. L’autre problématique de l’agriculture sur l’île est l’accès au foncier. Le Gaec de Kervilon cultive 2 ha de légumes, fruits et petits fruits réparties sur 10 parcelles différentes. Aujourd’hui, 30 ha de terre sont consacrés à l’agriculture sur l’île et surtout au pâturage puisque seuls 2 ha sont en légumes. « Nous souhaitons atteindre 50 ha de terres destinées à l’agriculture avant la fin de notre mandat », précise le maire. Et Arnaud Lécuyer, vice-président de la Région Bretagne en charge de l’agriculture, de rappeler : « Dans le cadre d’une installation sur une île, l’aide DJA est bonifiée et passe à 30 000 € contre 22 000 € sur le continent. De même, avec des coûts de construction supérieurs sur une île, les aides spécifiques à la construction sont majorées. Il existe aussi des aides pour l’acquisition de…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article