Dossier technique

Le potentiel des fosses sera exploité

Afin de développer l’autonomie énergétique et l’économie circulaire au sein de la ferme, l’EARL des Petits Chapelais souhaite récupérer le biogaz de ses fosses pour le valoriser sur un atelier tiers.

18624.hr - Illustration Le potentiel des fosses sera exploité
Seule la plus petite des deux fosses sera couverte.

L’EARL des Petits Chapelais à Chavagne (35) a pour fil rouge l’autonomie énergétique, et ce depuis de nombreuses années. « Je réfléchis à un projet de méthanisation depuis 1996 », raconte Gilles Simonneaux, l’un des deux associés de l’exploitation et adhérent à Agrobio 35. « Cependant, les solutions disponibles sur le marché ne me convenaient pas. Je ne me voyais pas mettre 20 ha de maïs dans un méthaniseur ». En 2023, le choix s’oriente alors vers les couvertures de fosses proposées par l’entreprise Nénufar. « En plus d’être davantage en adéquation avec les valeurs de la ferme, cela permettra également de contribuer à la diminution de rejet de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ». Le biogaz s’échappant des fosses sera ainsi récupéré et valorisé sur place. Trouver la meilleure valorisation « Pour la valorisation du biogaz, nous avons l’embarras du choix », déclare l’agriculteur. « Plusieurs projets sont à l’étude ». En effet, une micro-brasserie pourrait venir rejoindre les multiples ateliers indépendants déjà présents sur l’exploitation : maraîchage, boulangerie, magasin à la ferme ou encore atelier low-tech. À elle seule, la brasserie aurait la capacité de valoriser 100 % du biogaz. La création d’un laboratoire de transformation est également en réflexion. Ce dernier serait destiné à la fabrication de fromages ou de produits frais. « Nous avons fait appel à des sociétés spécialisées dans le pilotage de l’énergie et l’optimisation de la consommation pour prendre la meilleure décision », annonce Gilles Simonneaux. 250 000 kWh/an L’exploitation, en bio depuis 1996, compte 109 ha majoritairement composés de prairies. Le troupeau de 95  vaches produit quant à lui 600 000 litres de lait. Chaque année, environ 2 000 m3 de lisier sont produits, eau de pluie comprise. Les effluents sont stockés dans deux fosses de 750 et 1 300 m3. Une couverture de 20 m de diamètre sera installée sur la plus petite d’entre elles. « Cette couverture permettra à elle seule d’exprimer 58 %…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article