Dossier technique

Produire une soupe de biodéchets pour les méthaniseurs

Une unité de déconditionnement et d’hygiénisation construite à Liffré permet d’alimenter 5 méthaniseurs en soupe de biodéchets pour produire du biogaz et du fertilisant, une fois transformée en digestat.

18649.hr - Illustration Produire une soupe de biodéchets pour les méthaniseurs
Le déconditionneur sépare l’emballage de la matière valorisable.

Les associés de la SCEA du Champ Fleury viennent de créer une structure dédiée au déconditionnement, à l’hygiénisation et au traitement des biodéchets (SARL Commun du Champ Fleury). « Depuis début 2024, la réglementation prévoit une obligation de traitement de leurs déchets pour les entreprises qui ne trouvent pas de circuit de valorisation avant un éventuel enfouissement ou incinération », indique Valentin Lemière, responsable du site de traitement des biodéchets. Cette société permet d’apporter une solution à ces entreprises ou collectivités productrices de biodéchets. Une fois livrés sur ce site, les biodéchets doivent subir plusieurs étapes de traitement. Ils sont déconditionnés (séparation de la matière organique de son emballage) et hygiénisés à une température de 70 °C. La soupe de biodéchets est ensuite valorisable en méthanisation pour produire du biogaz et un fertilisant pour le sol.  La soupe de biodéchets est envoyée dans des cuves inox de 8 m3 pour être hygiénisée à 70°C pendant 1 heure. 17 m3 par jour dans les 2 méthaniseurs « Ici, entre les 2 unités de méthanisation, nous utilisons l’équivalent d’un semi de 17 m3 par jour de soupe de biodéchets. Celle-ci est acheminée vers les digesteurs de la SCEA par des canalisations enterrées. Il s’agit d’un projet d’économie circulaire soutenue par l’Ademe. Cette activité novatrice est un maillon du territoire pour la valorisation des biodéchets produits par les industriels et les collectivités (cantines, restauration scolaire, EPHAD…). Cette soupe de biodéchets est distribuée et valorisée sur d’autres sites de méthanisation dans un rayon de 25 km. Le produit final appelé digestat est épandu sur les terres agricoles ce qui permet un retour au sol sous forme d’amendement organique. » Valentin Lemière précise que l’utilisation de soupe de biodéchets dans un digesteur à une limite biologique et que cet intrant ne peut pas être utilisé seul ( 30 % des incorporations totales). Hygiéniser…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article