Éloignement entre les Français et les agriculteurs : l’élevage stigmatisé

18268.hr - Illustration Éloignement entre les Français et les agriculteurs : l’élevage stigmatisé
L’intérêt de la relation homme-animal peut jouer en faveur de l’installation. Crédit photo : Olga - stock.adobe.com

Au fil du temps, les relations entre élevage et société ont évolué. « Aujourd’hui, des désaccords s’entremêlent concernant l’environnement (gaz à effet de serre, utilisation de l’eau, des terres…), la condition animale (définition du bien-être, prise en charge de la douleur…), le sanitaire (antibiotiques, risques d’épizooties et de zoonoses) ou encore le modèle de développement (système dit « intensif », concentration géographique) », commence Marine Raffray, de la Chambre d’agriculture. Faible attractivité « À ces facteurs, il faut ajouter certaines mutations qui dissuadent les jeunes de se lancer dans le métier d’éleveur : l’engagement dans le travail, la rémunération, l’image du métier… » Aujourd’hui, l’attractivité reste trop faible pour compenser les départs, malgré des cours en hausse. Pour contrebalancer ces tendances, des perspectives peuvent quand même être mises en avant : les externalités positives de l’élevage (engrais organiques, prairies, bocage…), l’intérêt de la relation homme-animal, l’apport en protéines de qualité pour l’alimentation… Trois scénarios d’avenir sont envisagés par la Chambre d’agriculture France : La disparition de l’élevage suite à des critiques toujours plus hostiles et une végétalisation de la France ; Une prise de conscience de l’importance plurielle de l’élevage en lien avec une stratégie européenne pour la viande et une incitation plus forte à s’installer ; Un compromis entre la société, les ONG et les éleveurs où les filières d’élevage seraient territorialisées et les échanges internationaux stoppés….

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article