Côtes d'ArmorÉlevage

De nouveaux cas d’influenza sur la faune sauvage

Il est important de maintenir la vigilance sur la zone littorale et au sud du département à la suite de la découverte de nouveaux cas d’influenza aviaire, sur des fous de Bassan et des goélands argentés.

De nouveaux cas d’influenza aviaire hautement pathogène ont été confirmés ces deux dernières semaines, sur le littoral et le sud des Côtes d’Armor. Quatre zones temporaires de contrôle (ZCT) ont donc été mises en place par arrêtés préfectoraux :
• Le 12 juillet au Nord-Ouest, sur les communes de Kerbors, Kermaria-Sulard, Lanmodez, Louannec, Penvénan, Pleubian, Plouguiel, Plougrescant, Trélévern et Trévou-Tréguignec.
• Le 13 juillet au Sud, sur les communes de Loudéac, Trévé, Hémonstoir, Saint-Barnabé et Saint-Maudan.
• Le 18 juillet autour de Saint-Brieuc, sur les communes de Saint-Brieuc, Hillion, Langueux, Plérin, Trégueux et Yffiniac
• Le 20 juillet au Nord-Est, sur les communes de Beaussais-sur-Mer, Créhen, Erquy, Fréhel, Lancieux, Matignon, Morieux, Planguenoual, Pléboulle, Pléneuf-Val-André, Plévenon, Plurien, Saint-Cast-le-Guildo, Saint-Jacut-de-la-Mer et Saint-Lormel.

Obligation de mise à l’abri des volailles

Sur le territoire de ces communes, la mise à l’abri des volailles est obligatoire pour les éleveurs professionnels et les particuliers détenteurs de basse-cour. La surveillance de la mortalité des oiseaux sauvages se poursuit également. La découverte de cadavres d’oiseaux sauvages ou d’oiseaux malades doit être signalée : à la mairie dans les zones déjà identifiées (ZCT), à l’Office français de la biodiversité (sd22@ofb.gouv.fr ou 02 96 33 01 71) en dehors de ces zones. Dans ce contexte, le respect strict des mesures de biosécurité et la vigilance de tous les acteurs demeurent indispensables. Ainsi, il est rappelé que les cadavres d’oiseaux ne doivent pas être manipulés. Il est recommandé à tous, au retour d’une promenade sur la côte ou en forêt, de se changer, y compris les chaussures et de se laver avant de retourner au contact des oiseaux domestiques. Il convient d’interdire l’accès aux établissements détenant des oiseaux, à toute personne ayant pu avoir des contacts avec l’avifaune sauvage.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer