ÉlevageFinistère

Une grande luminosité grâce aux filets brise-vent

Mickaël Grall a fait construire un nouveau bâtiment pour accueillir ses laitières. Il a choisi d’installer des filets brise-vent pour optimiser la ventilation. Les portes à enroulement apportent quant à elles un confort de travail. Le tout favorise une grande luminosité dans le bâtiment.
11888.hr
Mickaël Grall (à droite) s’est appuyé sur Pierre Leroy (à gauche), de Cultivert, pour le conseiller dans l’équipement de son bâtiment neuf.

« Je souhaitais un minimum de mur dans mon bâtiment pour conserver une bonne visibilité sur les vaches et gagner en clarté », annonce Mickaël, éleveur à Saint-Thonan (29). L’ancien bâtiment des laitières à l’EARL Pen Ar Quinquis datait de 1979 et ne permettait pas d’atteindre les objectifs de production de l’élevage. Le bâtiment ne pouvant être ni agrandi ni rénové, l’éleveur décide d’en faire un nouveau. Pendant 2 ans, il visite des élevages et note les détails qui l’intéressent et s’adaptent à son système robot-pâturage. « Je cherchais à construire un bâtiment très fonctionnel pour réduire mon astreinte et améliorer mon confort de travail », souligne-t-il. Dès la finalisation des plans, il s’adresse à Pierre Leroy, conseiller Cultivert. « Je lui fais confiance pour me proposer les bons produits au bon prix. Et il disposait d’un choix intéressant de couleurs pour apporter de la luminosité au bâtiment », affirme l’éleveur.

45 mètres de filets brise-vent pour les laitières

L’installation accueille les veaux ainsi que les taries d’un côté et les logettes des laitières de l’autre, séparés au centre par un couloir orienté nord. « Nous avons adapté les filets en fonction de l’entrée d’air et du type d’animaux à proximité », indique le conseiller. Face aux jeunes animaux, le filet a une efficacité au vent de 96 % afin de les protéger des courants d’air, et de 92 % en hauteur pour favoriser l’aération du bâtiment. « Ils sont entièrement relevables sur toute la hauteur du bâtiment afin de nettoyer les cases collectives et les niches des veaux », détaille-t-il. Le filet protège également de la pluie afin d’éviter que l’eau ne rentre et n’humidifie l’environnement des jeunes animaux. Face aux taries, les filets sont fixes et ont été posés directement par l’éleveur. « Ils sont rapides à poser, économiques et esthétiques », souligne l’agriculteur.

Des portes à enroulement pour gagner du temps

11890.hr
Les portes à enroulement se contrôlent grâce à la télécommande
et permettent à l’éleveur de les ouvrir depuis son tracteur.

Face aux logettes des laitières, un Cellorouleur® double enroulement avec une efficacité au vent de 92 % s’ouvre sur 3 mètres au-dessus d’un mur à hauteur des vaches. « Ce système de filet brise-vent fonctionne comme une fenêtre à la maison : s’il fait beau on ouvre, sinon on ferme », décrit le conseiller Cultivert. Le filet double enroulement long de 45 mètres en un seul morceau s’enroule autour d’un tube d’enroulement par le bas grâce à un moteur de 380 V. Ce filet est complété par une grille anti-oiseaux indispensable pour éviter l’entrée des étourneaux et préserver l’état sanitaire du troupeau.

L’éleveur a aussi installé 4  Celloporte® Winch pour accéder au couloir principal de chaque extrémité, au couloir d’alimentation des laitières ainsi qu’à celui des veaux et des vaches taries. « Les filets contribuent à la ventilation du bâtiment, tandis que les portes favorisent les conditions de travail et la luminosité », explique Pierre Leroy. La porte autoportante est contrôlée depuis un panneau à proximité mais aussi par télécommande. « L’atout de cette porte c’est de pouvoir l’ouvrir sans descendre du tracteur », affirme l’éleveur. Mickaël Grall est satisfait de l’installation des filets et des portes : « C’est agréable de travailler dans un bâtiment aussi lumineux, même avec
les filets fermés. Les conditions de travail sont optimales et nous détectons beaucoup mieux les chaleurs des vaches », conclut-il.

Bâtiment de 1 700 m2
Le bâtiment de 1 700 m2 est conçu avec deux chapelles pour faciliter sa ventilation. « Si la structure est trop large, l’air ne s’évacue pas correctement, la ventilation n’est pas optimale », explique Pierre leroy. Les 80 logettes se répartissent sur une surface de 45×16 m sur un système fumier paille et accueillent 70 vaches. Déjà en robot avant la construction du bâtiment, l’éleveur avait une réflexion sur l’installation d’un deuxième neuf ou d’occasion. « J’ai choisi un robot d’occasion identique à celui déjà utilisé ici et qui fonctionne avec le pâturage », s’enthousiasme Mickaël Grall. Il limite ainsi la saturation des robots et les vaches sont traites même si l’un des robots tombe en panne. Le bureau est situé à l’entrée du bâtiment et en hauteur afin de surplomber les animaux et d’avoir une vue globale.

Pour plus d’infomations :
Contacts Cultiverts :
• Landerneau : Pierre Leroy – 06 63 37 20 44 ;
• Carhaix et Quimper : Jacques Cosmao – 06 63 33 31 97 ;
• Quimperlé et Pontivy : Fabrice Bernard – 06 30 42 13 06 ;
• Lamballe : Patrick Briens – 06 63 33 46 72 ;
• Guingamp et Mûr-de-Bretagne : Julien Amiry – 06 72 56 59 08 ;
• Combourg et département 44 : Gurvan Talvas – 06 22 44 39 47

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer