Du robot au pulvérisateur intelligent

11689.hr - Illustration Du robot au pulvérisateur intelligent
Ara au travail sur une culture de haricots en Bretagne.

Les produits phytosanitaires font face à des enjeux sociétaux et environnementaux importants. Afin de réduire leur impact, certains constructeurs misent sur la robotique et sur l’intelligence artificielle pour proposer des outils précis. Fondée en 2014, Ecorobotix est une entreprise suisse spécialisée dans la pulvérisation intelligente et de précision. Le premier produit conçu par la start-up est un robot autonome. À l’époque, celui-ci était capable d’appliquer une micro-dose de produit phytosanitaire sur l’adventice grâce à deux bras flexibles. Avo, de son nom, a depuis été modifié et amélioré. Les deux bras ont été remplacés par une rampe composée de 52 buses à jet plat, pour plus de précision et de réactivité. Son système de vision multi-caméras permet de détecter plus de 95 % d’adventices, de jour comme de nuit. Le robot est équipé de panneaux solaires et de batteries interchangeables de 48 V lui offrant une autonomie d’environ 8 heures. Selon les conditions météo, du terrain et de la recharge des batteries, il peut traiter entre 5 et 10 ha. Enfin, Avo se repère dans le champ grâce à son équipement RTK et son système de navigation visuelle. [caption id=”attachment_64682″ align=”aligncenter” width=”720″] Une fois dans le champ, le robot Avo est complètement autonome. ©SpiekerFotografie[/caption] Un pulvérisateur porté intelligent Début 2021, Ecorobotix commercialise Ara, un pulvérisateur porté intelligent pour une application ciblée de produits phytosanitaires ou d’engrais liquide. Sa précision atteint 8×3 cm. « Une trentaine de machines vont tourner cette saison en Suisse », indique Isabelle Aeschlimann, responsable communication chez Ecorobotix. « Elles sont surtout utilisées sur des légumes de plein champ et sur prairies, notamment pour les problématiques de rumex ». Ara est composé de 3 modules de 2 mètres. Chacun est équipé avec 2 caméras, capables de travailler de jour et de nuit, et de 52 buses. Avec sa vitesse d’avancement allant jusqu’à 7 km/h, le pulvérisateur…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article