Cultures

La conduite de céréales sous couvert

La conduite des céréales sous couverts, une technique à découvrir ou redécouvrir…

Cette démarche de semis sous couvert possède de nombreux avantages pour répondre aux défis de demain si elle est bien maîtrisée .

Quels sont les bénéfices attendus par cette technique ?

Le premier avantage, remonté par les adhérents Eureden, est la portance des sols améliorée par le couvert facilitant ainsi le passage du matériel agricole, qui va donc permettre de mieux planifier les interventions sur la culture. Le deuxième avantage est la restitution d’azote pour la culture associée, grâce à la fixation de l’azote de l’air par les bactéries nitrificatrices présentes dans les nodosités du trèfle blanc. Autre avantage, le couvert améliore le niveau de matière organique dans les premiers centimètres du sol. Ceci a pour effet immédiat de réduire la battance des sols surtout dans notre région bretonne où il y a une forte proportion de limons. De plus, un sol couvert limite l’érosion et le ruissellement car un meilleur taux de matière organique va permettre de réduire les fuites d’éléments nutritifs vers le réseau hydrique. D’autre part, lorsque des applications d’herbicides sont réalisées sur un sol couvert, le risque de fuite des molécules dans l’eau sera diminué. Autre bénéfice apporté, c’est l’accroissement significatif de l’activité biologique des sols et sa diversité en surface. Ceci se voit notamment par l’augmentation des vers de terre et des carabes. D’autre part, les agriculteurs nous indiquent qu’ils économisent du carburant. Dans le contexte actuel, ce n’est pas négligeable.

Quelle conduite du couvert ?

Le couvert de trèfle blanc peut être exploité entre la récolte de colza et l’implantation de la céréale. Bien maîtrisée, cette technique permet d’améliorer le rendement final ainsi que le taux de protéine de la céréale. Une des techniques les plus simples à développer est de semer le trèfle blanc nain avec un colza d’hiver et du trèfle d’Alexandrie. Le semis doit être réalisé au mois d’août afin de permettre dans un premier temps un bon développement du colza mais également une installation du trèfle blanc nain. Durant le cycle du colza, le trèfle blanc nain va rester « nanifié » au pied du colza. Il faut bien évidemment adapter le désherbage du colza pour conserver le trèfle blanc. Ensuite, après la récolte du colza, le trèfle ayant de la lumière va se développer et coloniser les chaumes. Le sol étant bien couvert, il y aura automatiquement moins de salissement en interculture.

Comment implanter la céréale dans le couvert de trèfle ?

Premièrement, il faut regarder le développement du trèfle et en fonction, le freiner ou pas afin de permettre l’installation de la céréale. Le contrôle du trèfle peut se faire avec des outils mécaniques comme les rouleaux type Faca.
Pour le semis en tant que tel, il faut avoir un semoir adapté (disques) pour bien enfouir les graines de la céréale à 1,5/2 cm de profondeur. La densité de semis doit être légèrement augmentée car la compétition avec le couvert limite le tallage de la céréale. Le choix de la variété de blé est important également, il faut préférer des variétés à fort pouvoir couvrant et bon tallage pour limiter la compétition du trèfle. Chez Eureden, nous qualifions l’ensemble de notre offre blés sur ce critère dynamique de recouvrement et hauteur dans l’objectif semis sous couvert et gestion des adventices. Il faut surtout bien observer durant les premières années (de semis sous couverts) la présence de limaces et les contrôler si nécessaire avec un produit de biocontrôle à base de phosphate ferrique pour ne pas perturber les auxiliaires qui par la suite devraient limiter la pression limaces. Ensuite, une fois la céréale semée, il faut adapter le désherbage selon les problématiques de la parcelle (exemple ray-grass résistants). Comme le sol est peu bougé, si par avance la parcelle est plutôt propre, la levée des adventices sera plus limitée. Si le trèfle devient trop agressif durant la croissance du blé, il faudra le « réguler » si l’objectif est de le conserver après la récolte du blé, voire le détruire s’il n’est pas prévu de le conserver après récolte.

schema

En résumé

Le semis sous couvert est une technique à suivre avec un cahier des charges bien identifié selon les objectifs de chacun. Chez Eureden, pour mieux connaître et maîtriser cette technique, des essais de conduite de blés derrière un colza associé à du trèfle blanc sont mis en place. D’autres plantes services comme le lotier, la luzerne font également partie des essais en cours. Les résultats seront communiqués à la récolte de céréales cette année.

Philippe Lecuyer et Sébastien Grey, pôle développement Eureden

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer