Energies et environnementTop

Les opportunités de l’augmentation du prix des crédits carbone

Le prix des crédits carbone s’est envolé en 2021 sur le marché international, dopé par la demande de la finance et des entreprises. Une augmentation qui pourrait rendre plus compétitifs les crédits français et européens.

Difficile d’avoir des chiffres précis, mais tous s’accordent sur la tendance. Après avoir baissé en 2019, les prix du carbone sont repartis fortement à la hausse en 2021. Au niveau mondial, d’après un rapport publié en novembre par l’association américaine Forest Trends, près de 300 Mt de carbone auraient été échangées sur le marché volontaire au prix moyen de 3,40 $/t, pour une enveloppe totale de près d’un milliard de dollars. Un « record » financier, selon l’ONG. « Des crédits qui s’échangeaient entre 1 $ et 7 $/t avant l’été 2021 s’échangent désormais entre 5 $ et 15 $/t », confirme Gilles Dufrasne, au sein de l’ONG bruxelloise Carbon Market Watch, tout en soulignant les incertitudes sur le maintien de cette dynamique. Elle s’expliquerait, selon lui, non pas par une hausse subite du coût des projets, mais par l’enthousiasme des établissements financiers. Un phénomène également amplifié par le développement de start-up de la finance carbone, ainsi que par la demande des entreprises du pétrole, de l’aérien ou de l’agroalimentaire, dont les engagements sur la neutralité se multiplient. Mais celles-ci se fournissent pour l’heure majoritairement en Asie, d’où provient près d’un tiers des crédits générés en 2021 selon Forest Trends. Et l’agriculture demeure un secteur discret sur le marché, avec seulement 3,4 Mt de crédits générés, là où les forêts ont fourni 115 Mt de crédit pour l’année écoulée.

1 Mt à trouver sur le marché européen

Alors que les règles des marchés volontaires du carbone ont enfin été mises en place par la Cop26, le label bas carbone et les projets français sembleraient plutôt bien positionnés sur au moins quelques-uns de ces critères. Pour l’heure, seul un tiers des crédits du premier appel à projets de France Carbon Agri a trouvé preneur. Mais l’appétit des acheteurs pourrait revenir en début d’année. Car en application de la loi climat, le cabinet de Barbara Pompili prévoit d’imposer au secteur aérien de compenser au moins 50 % des émissions de ses vols domestiques sur le territoire européen dès 2024. Cet objectif chiffré viendrait clarifier les termes de la loi promulguée fin août, qui prévoit seulement que les projets européens « sont privilégiés ». « Dans les autres pays membres, les coûts des projets ne sont pas beaucoup plus bas, ce qui pourrait encourager les compagnies à compenser plutôt en France », espère l’entourage de Barbara Pompili.

Un revenu potentiel de 30 M€ pour le monde agricole
Au total, selon les estimations du ministère, la mesure pourrait entraîner une demande pour près d’un million de tonnes de crédits européens sur 2 Mt d’émissions à compenser.Avec un paiement de 30 €/t pour les agriculteurs, tel que proposé actuellement par France Carbon Agri, cette compensation représenterait un revenu de plus de 30 millions d’euros annuels pour le monde agricole. Le texte réglementaire à paraître en janvier pourrait même accorder une prime de 20 à 30 % de crédits aux projets bas carbone possédant une forte dimension biodiversité.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer