Plus de satellites pour plus de précision

10023.hr - Illustration Plus de satellites pour plus de précision
Le guidage a gagné en précision sur les nouveaux tracteurs de New Holland.

Le RTK est un outil permettant une précision répétable de 2 cm. En septembre dernier, New Holland a inclus à son abonnement RTK les satellites Galileo offrant aux utilisateurs une utilisation plus poussée et encore plus fiable.   À Drouges (35), l’ETA Viel, possède un T8 435 Genesis depuis février 2021. Le tracteur est équipé des nouveaux systèmes « Next Gen » de New Holland. Cabine plus spacieuse, mais surtout nouvel écran de douze pouces et nouvelle antenne. Le tracteur de 430 cv est uniquement utilisé pour le lisier. « Nous avons une tonne PG II 28 de chez Samson avec pendillards de 24 m », explique Christophe Viel, gérant de l’ETA. « Il nous fallait un tracteur puissant. L’autoguidage RTK est un vrai plus ». Deux salariés mènent l’ensemble. « Maintenant, il y a plus de paramètres au niveau du réglage de l’outil », confie Jacob Riverrain, l’un des chauffeurs de l’entreprise. « Cela permet d’avoir un épandage beaucoup plus juste, surtout quand on recroise dans les bouts de champ ». Il est désormais possible de régler la distance entre l’antenne et le 3e point, ou encore entre les essieux de la tonne et le python. La nouvelle antenne, baptisée Cygnus, permet de réceptionner l’ensemble des constellations de satellites, dont Galileo. En pratique, la « précision est améliorée » et « le signal coupe moins le long des haies ». [caption id=”attachment_58954″ align=”aligncenter” width=”720″] L’antenne Cygnus réceptionne les satellites européens, américains, russes et chinois.[/caption] Une constellation de trente satellites Avec l’intégration de la constellation européenne Galileo dans son abonnement RTK, New Holland augmente la précision et la fiabilité du signal. « Cette nouveauté garantit une précision à 1,5 cm en horizontal et 2 cm en vertical », annonce le constructeur dans un communiqué. Le déploiement complet de la constellation est prévu pour 2024. À terme, Galileo comptabilisera une trentaine d’engins spatiaux. Pour mener à bien cette intégration, New…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article