Des chemins pour plus d’accessibilité

10103.hr - Illustration Des chemins pour plus d’accessibilité
50 cm de terre végétale ont été décaissés pour créer le chemin.

Nicolas Rubin a engagé l’aménagement de son parcellaire en 2017 avec chemins, boviduc et clôtures pour bénéficier d’un paddock de pâturage par jour. « Pour améliorer le confort de travail et valoriser la surface accessible, les chemins sont la pièce maîtresse de l’aménagement parcellaire », rappelle Stéphane Boulent, ingénieur à la Chambre d’agriculture de Bretagne, lors d’un webinaire dédié sur ce thème, proposé lors d’un rendez-vous digital du Space. 550 m de chemin Un propos mis en pratique par Nicolas Rubin, agriculteur à Argentré-du-Plessis (35), qui mène un troupeau de 50 vaches laitières en bio sur 52 ha dont 46 ha accessibles. « J’ai démarré l’aménagement parcellaire après une reprise de foncier de 13 ha accessibles », explique-t-il. Avec à la clé, une réflexion entamée concernant la création de chemins, l’acheminement de l’eau dans les paddocks et les clôtures. À l’automne 2017, 550 mètres de chemin sont réalisés, sur une largeur de 3 mètres. « Nous avons décaissé 50 cm de terre végétale et récupéré un banc de pierre dans le champ pour empierrer sur 30 cm environ, au-dessus duquel on a posé un géotextile. Pour mon premier chantier, j’ai joué la sécurité : ce géotextile n’a pas été reconduit dans la création de chemins par la suite. Ensuite, de la pierre de carrière est posée sur 10 à 15 cm. Du sable gris est ajouté en surface pour une finition moins agressive pour les pattes des vaches », décrit l’éleveur. [caption id=”attachment_59115″ align=”aligncenter” width=”720″] Un fil élastique électrifié à chaque entrée de paddock permet à Nicolas Rubin d’y entrer avec son quad.[/caption] Un bac à eau de 800 L pour 2 paddocks Pour faciliter l’entretien des abords, le réseau d’eau a été enterré (à 1 m de distance du chemin). Il approvisionne des bacs de 800 L, positionnés entre deux paddocks, éloignés des entrées des parcelles pour limiter le piétinement. Pour la même raison, « chaque paddock a…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article