De la fibre et des co-produits avec la mélangeuse

De gauche à droite : Olivier Lhermenier, son père Alain et Mickaël Jacq, dans le bâtiment d’engraissement mis en service il y a 1,5 an. - Illustration De la fibre et des co-produits avec la mélangeuse
De gauche à droite : Olivier Lhermenier, son père Alain et Mickaël Jacq, dans le bâtiment d’engraissement mis en service il y a 1,5 an.

Depuis 1998, le Gaec Lhermenier, à Pleine-Fougères (35), utilise une mélangeuse pour alimenter ses troupeaux bovins. Elle permet une alimentation diversifiée, homogène et fibreuse pour les taurillons. Basés à Pleine-Fougères (35), Alain et Olivier Lhermenier produisent du lait, des taurillons (400 places d’engraissement), ainsi que des poulets Label Rouge. En 1998, ils ont investi dans une première mélangeuse Keenan de 10 m3 qui a été remplacée en 2009 par une autre de plus grande capacité (14 m3, à pales avec couteaux fixes en fond de cuve). Un outil qui leur permet d’apporter des rations variées et homogènes à leurs troupeaux. Étaler l’ingestion des betteraves Pour les taurillons, très sollicités en apport d’énergie et de protéines, la mélangeuse facilite l’ingestion de fibre mécanique. « Elle nous permet aussi de casser les betteraves – distribuées jusqu’à avril/mai – et donc d’étaler leur ingestion sur la journée », expliquent les producteurs. Dans leur stratégie d’alimentation, ils sont conseillés depuis l’achat de la 1re mélangeuse par un nutritionniste Keenan. Quand les taurillons arrivent, ils reçoivent dans un premier bâtiment de 70 places, pendant une à deux semaine(s), une alimentation qui leur permet de s’adapter : ½ paille, ½ ration de démarrage. « Nous engraissons les mâles de l’élevage (Holstein et bruns) et de nombreuses autres races : croisés, Charolais, Salers, Aubrac… Avant leur arrivée, par lots de 36 ou 48 bovins, ils sont vaccinés au centre d’allotement Agrial d’Étrelles, nous faisons juste les rappels. Nous les trions à l’arrivée. En moyenne, les taurillons restent 8 mois sur l’exploitation. » [caption id=”attachment_30322″ align=”aligncenter” width=”623″] Permettant de gérer l’alimentation à la part, le boîtier Pace donne des instructions claires, mesure et enregistre les quantités d’aliments distribués.[/caption] Après la « phase d’intégration », les mâles passent en ration de démarrage à part entière. « Elle est constituée actuellement, par taurillon, de 19 kg bruts d’ensilage de maïs…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article