Élevage

Porc : Moins de perte sous la mère avec le Vigor 4.0

À côté de son Piétrain, Nucléus propose un nouveau verrat terminal à destination des éleveurs recherchant une alternative. Le Vigor 4.0 offre de la rusticité, de l’efficacité et des garanties NN et sans odeur.

Inégalé en performance de carcasse, le verrat Piétrain est le plus utilisé sur le marché français. Sur ce segment, le Piétrain by Nucléus pèse 40 % de parts de marché. L’entreprise de sélection a apporté des innovations sur ce verrat comme le génotype NN (permettant plus de résistance au stress et une viande de meilleure qualité) ou la garantie Ino (sans odeur). « L’indice de consommation est également mesuré individuellement sur nos verrats candidats, à l’aide de Dac dans nos élevages de sélection », souligne Jacques Gourmelon, directeur de Nucléus.

Une place pour les croisés

« Mais face à l’augmentation de la prolificité, la vigueur du porcelet à la naissance, contribuant à la diminution du taux de perte sous la mère, est une attente en élevage », ajoute-t-il. « Si la croissance, le TMP et l’efficacité alimentaire sont incontournables, le marché du verrat terminal peut être segmenté pour répondre aux attentes de certains éleveurs. 17 % de la semence vendue en France provient de verrats croisés avec 50 % ou plus de Piétrain. » « Sur ce segment, Nucléus propose un nouveau verrat : le Vigor 4.0, fruit du croisement des meilleurs Piétrain avec la lignée Kador que nous sélectionnons comme une race depuis 5 ans », explique Vincent Cousin, responsable technique et sanitaire Nucléus.

dd9814.hr
Sur le Gaec Bois 56, les Dac permettent la mesure individuelle de l’efficacité alimentaire.

65 % de Piétrain, 25 % de Duroc et 10 % de LW lignée mâle

« Notre lignée Kador a été conçue sur la base de 3 races fondatrices – Piétrain, Duroc et Large White lignée mâle – dans l’objectif de bonifier la vigueur hybride sur les issues. La sélection génomique permet d’optimiser la variabilité et le progrès génétique. Cette lignée a été créée avec l’appui scientifique de l’Inrae. »
En proportion, le verrat terminal Vigor 4.0 compte 65 % de Piétrain, 25 % de Duroc et 10 % de LW lignée mâle. Il est aussi garanti NN et Ino et intègre des critères de qualité de viande comme le gras intra-musculaire. « Les premiers essais menés en élevage confirment nos objectifs avec une réduction du taux de perte sous la mère de 0,5 à 3,5 % face à ses concurrents. » À noter qu’en 2021, une réduction de 2 % du taux de perte sous la mère permet un gain de 43 €/truie/an. « Ce verrat est aujourd’hui disponible pour l’ensemble des éleveurs », précise Jacques Gourmelon.

Un élevage multiplicateur qui devient aussi sélectionneur
Installés à Béganne (56) en 1995 avec Cooperl – Nucléus, Rémi Laquittant et Joël Desgrez (Gaec Bois 56) ont commencé comme multiplicateurs, produisant des verrats LW x P. En 2016/17, ils se sont investis dans un nouveau challenge, devenant sélectionneur en Kador et multiplicateur en Vigor 4.0. « L’élevage a été entièrement dépeuplé et nettoyé. Nous avons rationalisé la chaîne de bâtiment en créant trois blocs reliés par des couloirs et l’ensemble du site a été mis sous air filtré », expliquent les associés. Grâce aux Dac, plus de 800 verrats seront testés individuellement sur l’élevage. Des équipements spécifiques permettent de collecter les données liées au testage : poids, épaisseur de lard et de muscle, gras intramusculaire. « Pour plus d’efficacité, le poste de pesée a été doublé et chaque bascule équipée avec un ascenseur pour éviter que l’animal ne bouge. Nous travaillons en sécurité. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer