Élevage

Transport : Les virus, indésirables à bord

Les camions ne doivent pas transporter de pathogènes. Encore faut-il qu’ils puissent être lavés efficacement. Les stations de lavage, trop peu nombreuses, doivent monter en gamme.

À l’initiative de l’OS Porc Bretagne, toutes les aires de lavage ont été recensées dans la région. Ce travail doit permettre d’identifier les investissements nécessaires sur les différents sites afin d’améliorer les équipements. Les outils existants ne permettent pas toujours aux chauffeurs, pourtant sensibilisés, de travailler correctement : trop de temps passé, absence de plates-formes mobiles pour laver et de désinfecter correctement les étages des camions… Les zones blanches, sans équipement, posent également problème, notamment pour laver les camions qui circulent entre élevages (porcelets, reproducteurs).

Le manque de stations performantes sur tout le territoire n’est pas le seul problème. Un responsable de la société Bigard pointait le coût engendré par l’opération de nettoyage, lors de l’assemblée générale de l’OS Porc Bretagne : « Nous avons un portique de désinfection à l’abattoir pour assurer un lavage rapide et, une fois par semaine, chaque camion est nettoyé de manière plus approfondie dans une société spécialisée à Quimper. L’opération dure deux heures pendant lesquelles chauffeur et camion sont immobilisés. » Un prix à payer par la filière pour assurer sa propre sécurité.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer