Élevage

Des rythmes de ponte d’origine génétique

Savoir quelle poule pond dans le nid, où et à quelle heure sont des questions cruciales auxquelles la science doit répondre pour accompagner le développement de systèmes d’élevage sans cages efficients.

« L’influence de la génétique sur le rythme de ponte est une piste prometteuse pour sélectionner des poules pondeuses adaptées aux systèmes d’élevage sans cages et accompagner la fin programmée de l’élevage en cage dans les pays occidentaux », indiquent les chercheurs dans le communiqué de presse publié par l’Inrae et Novogen.

La ponte hors nid influencée génétiquement

Les chercheurs ont suivi le comportement de ponte de 1 430 poules Rhode Island (race pondant des œufs bruns) et 1 008 White Leghorn (race pondant des œufs blancs), élevées au sol pendant 40 semaines. Ces poules ont à leur disposition des nids électroniques qui reconnaissent chacune d’entre elles grâce à une bague à la patte. Le nid électronique enregistre en continu diverses informations qui étaient, jusqu’à présent, impossibles à mesurer sur de grands groupes de poules élevées au sol, comme l’heure de ponte individuelle. « Cette information a permis de calculer des caractères de rythme de ponte tels que la moyenne et la variabilité de l’heure de ponte, ou encore le nombre de pauses (arrêt de la ponte durant un ou plusieurs jours) par poule sur toute la période. Résultat, les poules ont en moyenne pondu leurs œufs entre 2 h et 3 h 20 après le lever du soleil et ont fait entre 4 et 8 pauses. » Ces mesures sur un grand nombre de poules apparentées permettent aux scientifiques d’étudier la variabilité des caractéristiques de ponte : jusqu’à 68 % des différences de rythme de ponte sont d’origine génétique. « L’utilisation ou non des nids pour pondre est aussi un comportement dont 13 à 26 % de la variabilité est influencée par des facteurs génétiques. » Une autre habitude des poules à prendre en compte pour assurer une collecte optimale des œufs.

Accompagner la transition

« Pour accompagner la transition vers de nouveaux systèmes de production plus durables et respectueux du bien-être animal, il est nécessaire de trouver des alternatives qui garantissent un maintien de la production, tant en qualité qu’en quantité. » Pour les sélectionneurs, les nids électroniques permettent de mesurer des caractères de rythme de ponte et d’utilisation des nids dans des conditions d’élevage proches des systèmes de production sans cages. « Ces caractères, héritables et bien corrélés à la production d’œufs, pourraient donc être exploités dans les programmes de sélection pour améliorer la ponte dans le nid pour ces systèmes sans cages. »

Garantir l’efficience de la ponte dans les nids
Ces premiers résultats ouvrent la voie à la sélection de poules évoluant librement dans de grands groupes tout en garantissant l’efficience de la ponte dans les nids. Des études complémentaires sont nécessaires pour identifier les régions du génome et les gènes qui gouvernent l’expression de ces nouveaux caractères.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer