Ille-et-VilainePolitique et Syndicalisme

« Une aide forfaitaire significative pour chaque ferme »

La Confédération paysanne 35 demande la mise en place d’une nouvelle Pac qui doit notamment s’appuyer sur une aide forfaitaire par ferme, également plafonnée par actif afin de limiter la concentration des aides.

« La crise sanitaire a engendré de nombreuses discussions sur ‘le monde d’après‘ et notre indispensable souveraineté alimentaire. Et la société civile s’empare de plus en plus des problématiques agricoles en demandant plus de bien-être animal et des produits sains, de qualité et de proximité. Ces combats sont défendus depuis plus de 30 ans par notre syndicat », déclare la Confédération paysanne d’Ille-et-Vilaine dans un communiqué, demandant la mise en place d’une « nouvelle politique agricole pour répondre aux enjeux qui nous attendent. »

« Je ne touche aucune aide de la Pac… »

À la suite des votes européens en octobre dernier, Gwénaël Floch, maraîcher à Val-d’Anast, s’est adressé par lettre au ministre de l’Agriculture. « J’emploie 6 personnes sur ma ferme (soit trois fois plus que la moyenne bretonne), je cultive des légumes, je suis en agriculture biologique et je n’ai aucune aide de la Pac », a souligné le maraîcher, persuadé « que la surface ne doit pas être le seul facteur de distribution des aides (qu’elles soient vertes, économiques…) car cela va inévitablement reconduire les inégalités que nous avons connues sur la période précédente. »

Il précise que les exploitations dites « petites », c’est-à-dire de moins de 20 ha, représentent près de 30 % de l’agriculture française et emploient deux fois plus par unité de surface. « Ce sont entre autres les fermes maraîchères, viticoles, arboricoles et les petits élevages qui se retrouvent exclus ou quasi exclus des aides de la Pac. Ces exploitations ont une sensibilité plus forte aux aléas climatiques, sont aussi grandement concernées par les aléas de filières et subissent de plein fouet les distorsions européennes en matière de coût du travail. Elles sont aussi particulièrement concernées par le sujet de la protection phytosanitaire. Un hectare de verger, de vigne ou de légume n’est pas égal à un hectare de céréale. »

Un « filet de sécurité » pour tous

Selon le maraîcher, « il est indispensable d’instaurer, dans le cadre de la nouvelle Pac et du plan stratégique national, une aide forfaitaire par exploitation significative, afin que chaque ferme française puisse bénéficier d’un filet de sécurité et qu’elle puisse s’engager réellement sur la voie d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. »
La Conf’35 approuve cette proposition d’aide forfaitaire par ferme, quelle que soit sa taille. « Elle doit aussi être plafonnée par actif afin de limiter la concentration des aides telle qu’elle existe aujourd’hui. » Le syndicat invitera très prochainement les parlementaires brétilliens sur la ferme de Gwénaël Floch afin de discuter de ces thématiques.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer