Coopératives

Les groupes de progrès en action

L’attente sociétale concernant la baisse des produits phytosanitaires est forte. D’un autre côté, les agriculteurs sont en attente de solutions alternatives qui ont fait leurs preuves en maintenant les performances économiques.

Dans ce contexte, la coopérative Eureden a répondu à l’appel à projet ecophyto 30 000 fermes dont l’objectif est d’accompagner les exploitations dans leur transition vers des systèmes agroécologiques à faible dépendance en produits phytopharmaceutiques. Ainsi, dix nouveaux groupes de progrès (Nord 29, Sud 29, Argoat, Trégor 1 et 2, Emeraude, Loudéac, Ploërmel, Pays d’Ille et Rance et Pays de Vilaine) voient le jour cette année et complètent les groupes Dephy légumes et réseau 30 000 fermes Vannes existants. Désormais, presque 200 agriculteurs sont accompagnés en collectif d’échange pour partager des expériences et des références, tester des outils innovants et des pratiques agroécologiques afin de progresser dans la réduction de l’usage des produits phytosanitaires. Plus largement, ces groupes de progrès s’inscrivent comme l’une des dix actions de la démarche “Cultivons Autrement” de la coopérative.

6630.hr
Focus sur le colza pour le groupe 30 000 fermes du Sud 35.

Ces nouveaux groupes ont démarré officiellement depuis début septembre lors des premières rencontres d’agriculteurs. Chaque participant reçoit un tableau de bord individuel qui permet de visualiser où il se situe vis-à-vis de ses pratiques phytosanitaires par rapport aux référentiels.
Lors de ces premières rencontres, une partie terrain était proposée l’après-midi : certains ont découvert des essais de couverts végétaux (courts, longs, Cive) ; d’autres ont vu du colza, soit associé avec des plantes compagnes, soit semé en mono-graine avec possibilité de désherbage mécanique. Enfin, des démonstrations de matériels (pulvérisation localisée avec la technologie Carbon bee, semoir monograine, bineuse) ont été présentées.

6627.hr
L’agronomie pour le groupe 30 000 fermes Argoat.

Choix des thèmes par les agriculteurs

Chaque groupe identifie puis choisit les thèmes de travail qu’il voudra aborder et les formats de rencontres souhaités. Les démonstrations de terrain seront privilégiées comme support de connaissances et d’échanges sur les pratiques. Ainsi, lors de ces premiers ateliers de co-construction, différentes thématiques de travail ressortent : couverts végétaux (choix, gestion, destruction), travail du sol, gestion d’adventices résistantes, choix variétaux, qualité de pulvérisation, réduction de doses, utilisation des biocontrôles et adjuvants, outil d’aide à la décision (OAD), désherbage mécanique, agronomie, comprendre son sol, assolements et rotations, semis sous couvert, autonomie protéique, étude économique…

6628.hr
Les couverts végétaux pour le groupe 30 000 fermes de Ploërmel.

Communiquer

La communication sur les réussites et les difficultés rencontrées est également un élément fort des attentes de ces groupes de progrès. Des propositions très intéressantes de communication interne au groupe et externe vers divers publics (agriculteurs, élèves, société civile…) ont émergé des ateliers. Pour cela, un accompagnement à l’utilisation des réseaux sociaux sera mis en place pour ceux qui le souhaitent, des articles (presse agricole et grand public) seront rédigés, des conférences et des portes ouvertes seront organisées au printemps prochain. Voici les retours des participants sur cette première rencontre en quelques mots : « Intéressante, vaste, motivante, donne envie, Il y a de quoi faire, partage, échange, le collectif, constructif, enrichissant, découverte, apprendre de l’expérience des autres, compétence, diversité, optimisme … » .

Muriel Guernion / Eureden

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer