Élevage

La Prim’Holstein révise son Isu

De la largeur de corps, un lait plus riche, des trayons plus longs et moins serrés pour une mamelle facile à traire et une fertilité des génisses favorisée… Tel est le profil de la Prim’Holstein de demain.

Le 23 juin dernier, le Conseil de l’OS Prim’Holstein a entériné la rénovation de la formule de l’Isu. Cette dernière prendra effet à partir de l’indexation d’avril 2021. « Nous avions prévu de revoir régulièrement le mode de calcul pour adapter au fil du temps la sélection de la race aux attentes des éleveurs  », explique Thierry Ménard, directeur de Prim’Holstein France. « Or, avec l’actuel Isu, datant de 2012, nous constations un décalage sur la production, en particulier concernant la grille actuelle de paiement du lait qui valorise les taux. Dans la proposition 2021, nous avons donné plus de poids à la matière grasse notamment pour obtenir un meilleur prix du litre de lait tout en maintenant l’effort sur la productivité », explique Thierry Ménard.

Une morphologie revue et corrigée

ailleurs, plusieurs postes morphologiques sont concernés par cette refonte 2021. La Prim’Holstein propose aujourd’hui de grandes vaches au pis très bien collé au corps. « Si la hauteur de la mamelle reste un impératif, il était temps d’abaisser un peu la pression de sélection sur la hauteur du plancher jarret pour ne pas aller dans les extrêmes. » Demain, la vitesse de progrès sur le volume de mamelle, « aujourd’hui de très bonne qualité », va être réduite pour s’orienter vers un travail plus intense sur la fonctionnalité et la ‘trayabilité’. Dans les élevages, des trayons arrière serrés ou courts compliquent parfois la tâche. « L’accent est donc mis sur la longueur et la position des trayons ainsi que l’équilibre avant – arrière de la mamelle pour obtenir un branchement optimum, que la traite soit robotisée ou pas », détaille le spécialiste.
Les membres, « voulus encore plus solides », ont désormais le même poids que la mamelle dans la synthèse morphologie (MO). Surtout, la nouvelle équation réserve un peu moins de poids à la locomotion afin d’en consacrer à l’angle du jarret pour une meilleure harmonisation internationale. « Sur le terrain, ce poste est délicat à évaluer car le milieu joue énormément. Mais même si les Prim’Holstein marchaient bien, l’objectif est de réguler la courbure des jarrets : ni droits, ni coudés. Les taureaux médians sur ce critère seront favorisés. »

Vers des animaux mieux proportionnés et plus éclatés

Les décisionnaires ont aussi redessiné la capacité corporelle. Ils veulent encourager la largeur au détriment de la taille pour obtenir des animaux mieux proportionnés et plus éclatés, « encore plus résistants et plus solides pour limiter les interventions ou les accidents et favoriser la longévité ». Mais définir une formule d’Isu est avant tout un travail de compromis et de fins équilibres entre des postes qui « sont contraires les uns les autres » en termes de progrès génétique.
Dans la pratique, la largeur aux ischions a été privilégiée car génétiquement peu corrélée avec d’autres postes, et la hauteur au sacrum, tirée vers le haut par le vecteur lait, le plancher jarret et les cellules, se voient attribuer un poids négatif pour limiter une croissance extrême. Pour autant, pas d’inquiétude, sourit le spécialiste, « les Prim’Holstein de demain ne seront pas plus petites, elles vont continuer à grandir – la taille étant corrélée à la production de matière utile notamment – mais moins vite ».

Donner du poids à la repro

Autre dilemme à l’heure de réviser l’Isu : « Allier deux facultés difficiles à associer : produire et reproduire », confie Thierry Ménard. « Comme les Isu 2001 et 2012 avaient porté leurs fruits sur la santé de la mamelle, la place de cette dernière dans le calcul recule un peu pour donner davantage de poids à la reproduction qui est un enjeu important . » La formule 2021 insiste notamment sur la fertilité génisses pour répondre à la tendance aujourd’hui très répandue de l’usage de semence sexée au premier vêlage pour assurer le gros du renouvellement du troupeau.
A l’arrivée, les décideurs ont cherché à faciliter la vie de l’éleveur. « D’une certaine manière, en allant vers un animal plus fonctionnel avec de bons membres au profit de la marche au pâturage et de la stabilité sur les bétons, facile à traire et plus apte à la reproduction, on se rapproche des synthèses adoptées par l’Allemagne et les pays du Nord de l’Europe », termine Thierry Ménard.

Pas de gros bouleversement du classement des taureaux
Les prochains mois sont nécessaires à GenEval (calcul de l’indexation) et Idèle (diffusion des index) pour faire évoluer toutes les chaînes de traitement informatiques. « Des premiers tests seront fournis à la fin de l’année pour assurer une sortie officielle de ce nouvel Isu au printemps 2021 en toute sérénité », confie Thierry Ménard. Faut-il s’attendre en avril prochain à un chamboulement des classements ? « Dans les premières simulations, ce n’est pas le grand soir, mais plutôt un réajustement », répond le spécialiste. « Les bons taureaux resteront les plus intéressants, mais on peut avoir quelques changements dans les top. En parallèle, un taureau produisant des filles avec de la largeur aux IS, une bonne synthèse ME, une aptitude à se reproduire aisément et un lait riche en matière grasse se verra monté dans le classement. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer