Economie, marchés et gestion

13 % des exploitations bretonnes en bio

Avec 6 % de fermes bio en plus au 1er semestre 2020, l’agriculture biologique progresse en Bretagne. Sa croissance est accompagnée par la Région Bretagne au travers des Pass bio. Le dispositif va passer le cap des 1 000 Pass signés depuis 2011.

Aujourd’hui, 3 500 fermes sont engagées en bio en Bretagne, soit 13 % des exploitations présentes sur le territoire. Plus de 140 000 ha sont en bio, alors que la surface était de 52 000 ha en 2011. « La Région Bretagne accompagne notamment l’installation et la conversion au travers du Pass bio. Il peut intervenir en amont pour des diagnostics de conversion ou en suivi dans les 3 années suivant la conversion », a souligné Loïg Chesnais-Girard, président de Région, en visite à Melesse le 21 octobre sur l’exploitation de Julien Sauvée qui est également président de la Frab (Fédération régionale des agriculteurs bio).
Sur 65 ha, la ferme est diversifiée avec une production de porc, de viande bovine (20 mères allaitantes) et des vergers avec transformation en jus de pomme et cidre. Quatre personnes y travaillent. Quand il s’est installé en 2010, Julien Sauvée a réalisé un diagnostic Pass bio. La production laitière a été arrêtée par la suite et l’atelier porc (40 truies) mis en place l’an passé.

Diversifier l’alimentation des porcs

« Nous souhaitons augmenter les cultures servant à l’alimentation des porcs et les diversifier pour réduire les risques. Notre aliment complémentaire est adapté en fonction des récoltes. Dans le groupement Bio direct, nous devons avoir 50 % d’autonomie : c’est moins impactant en cas de tension sur les céréales. Mes porcs valorisent des invendus de Biocoop et des drèches de brasserie. Et mon bâtiment est prêt pour pouvoir leur donner des fourrages à l’avenir. » Pour l’intérieur de son bâtiment, l’éleveur a récupéré et adapté des équipements d’autres élevages voisins.

Accompagner la structuration des filières

Julien Sauvée a aussi insisté sur la nécessité d’une agriculture bio exigeante avec du lien au sol et des bénéfices environnementaux et climatiques. « Elle doit être en cohérence sur les territoires et permettre l’intégration sociale. Sur ma ferme, je souhaite avoir du temps libre, des week-ends et 5 semaines de vacances par an. » Le président de la Frab a appuyé sur l’importance de susciter des vocations et de l’accompagnement des nouveaux producteurs afin « que toutes les fermes bio qui seront transmises dans les années à venir restent en bio. » Il a invité la Région Bretagne à « soutenir davantage la mise en place et l’animation de filières bio territorialisées, construites avec les producteurs. » 

Sept structures habilitées
La Région a confié l’animation du Pass bio à Initiative bio Bretagne qui oriente les demandes vers 7 structures menant l’accompagnement (Chambre d’agriculture, groupements bio, BCEL Ouest et Eilyps). Globalement sur les MAEC et les aides à la bio, 225 millions € ont été engagés, tous financeurs confondus, de 2015 à 2019, sur 5 500 exploitations. « Aucune région d’Europe n’a mis autant d’argent sur l’agroécologie », souligne Olivier Allain, vice-président à l’agriculture. La Région a aussi pour objectif de tendre vers le zéro artificialisation et l’arrêt des importations de soja.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer