Élevage

Un nouveau verrat Pietrain NN sur le marché

Sur les 40 noms commerciaux de verrats mis sur le marché depuis 2014, beaucoup ont fait un flop. Axiom l’assure : son verrat Piétrain NN est paré pour répondre aux exigences des éleveurs et du marché.

Le nouveau verrat Valens peut rouler des mécaniques. Ses performances zootechniques* en font l’un des cadors du marché. « Les issus, en élevage conventionnel, affichent 24 g de GMQ de plus en moyenne que ceux des descendants des autres terminaux présents sur le marché, 0,5 point de TMP en plus et près de 0,1 point d’indice de consommation en moins », assure Guillaume Naveau, directeur d’Axiom, qui présentait le dernier né de la sélection porcine, la semaine dernière chez Christine et Pascal Josse, sélectionneurs Piétrain à Augan (56). « Des résultats qui se traduisent par des gains de 2,70 €/porc (TMP et IC) ».

Travail sur les odeurs sexuelles

Le nouveau venu (NN) est dépourvu du gène de sensibilité à l’halothane, un avantage pour la qualité de la viande (transformation). Les porcelets sont vigoureux sous la mère ce qui se traduit par des pertes moindres en maternité. Pascal Josse, éleveur, confirme : « En maternité, les pertes ont diminué et les anomalies ont quasiment disparu (hernies, splay-legs) ». Autre aspect important au niveau sociétal, Axiom certifie son verrat « sans odeurs », à 99 %. « Nous avons travaillé sur deux projets visant à réduire les odeurs sexuelles des viandes : le premier, Arome, il y a quelques années, puis le second, No-Cast, démarré en 2018. Tous nos mâles ont bénéficié de ce travail de sélection », assure Guillaume Naveau. Un travail visant, entre autres, à mesurer le taux d’androsténone (hormone sexuelle) à 100 kg et à éliminer les verrassons dépassant les plafonds fixés. « Dès lors que les animaux sont maigres, ce qui est le cas de notre Piétrain NN, le risque d’odeurs est limité car elles se fixent sur le gras ». Le Valens répond à tous les types de production, selon ses concepteurs, sauf au label car sa croissance est trop rapide. Axiom commercialisait déjà un Piétrain NN. Celui-là, au GMQ limité, restera cantonné au marché de niche ; les animaux ne pouvant être abattus avant 182 jours d’âge.

De la féverole dans l’aliment engraissement
Christine et Pascal Josse élèvent 200 truies Piétrain, conduites en 7 bandes, sevrage à 28 jours, sous air filtré. Les 170 hectares de blé, d’orge et de féverole alimentent une fabrique d’aliment à la ferme. Seul le 1er âge est acheté. La féverole (25 hectares) est intégrée à hauteur de 20 % dans la formule des charcutiers ce qui limite la part de tourteau de soja à 6 %. Les aliments sont distribués à sec. L’assolement comprend aussi du colza, pour la vente.

*GMQ supérieur à 1 100 g en moyenne ; épaisseur de lard dorsal inférieur à 6,7 ; épaisseur de muscle supérieur à 70,6 et IC inférieur à 2,09.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer