Élevage

Une récolte du miel d’été hétérogène et moyenne

Après une belle récolte de miel de printemps en Bretagne, la miellée d’été pourrait ne pas être à la hauteur des espérances.

Après la récolte du miel de printemps début mai, les colonies n’ont quasiment pas connu cette année de période de disette, notamment grâce à une floraison précoce, étalée et lente de la ronce. Cela a permis de limiter la perte de poids des colonies à cette période (cf. graphe).

Pas beaucoup de jours de miellée

En revanche, la météo variable du mois de juin n’a laissé que peu de jours de butinage aux abeilles pour la miellée d’été : selon les secteurs, et sur les créneaux journaliers où il n’y avait pas de pluie, les abeilles ont commencé à amasser le miel mi-juin. Trois à quatre journées de beau temps et forte chaleur ont réellement permis fin juin aux abeilles de collecter de belles quantités de nectar. Malheureusement, le retour d’un plus mauvais temps a écourté cette période de miellée.

Localement, des miellées peuvent encore être en cours, notamment pour le miel de sarrasin, au goût prononcé, et le miel de bruyère, plutôt sur les côtes finistériennes et costarmoricaines. Cela dit, la miellée d’été de toutes fleurs d’été (ronce, trèfle, châtaignier) touche à sa fin. Certains apiculteurs ont déjà commencé à récolter.
Pour d’autres, la récolte ira jusqu’à début septembre.

Lutter contre le varroa

Dès que les hausses qui contiennent le miel sont récoltées, il faut gérer le varroa, cet acarien parasite de l’abeille, présent sur dans toutes les ruches du continent. Un traitement annuel est indispensable pour diminuer l’infestation : il s’agit généralement d’insérer deux lanières de médicament par ruche, et de les laisser en place 8 à 10 semaines. Attention en fin de saison également au frelon asiatique : les nids de frelons sont forts à cette saison. La mise en place de piège sur les ruchers peut permettre de limiter leur impact sur les colonies d’abeilles.

5483.hr
Suivi 2020 de 2 ruches à distance grâce à l’utilisation de balances connectées, illustrant l’hétérogénéité des récoltes.

Tiphaine Daudin / Ada Bretagne

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer