CulturesÉlevage

Plus 100 kg de MAT/ha avec la fauche précoce

Une récolte précoce des prairies au stade montaison de la graminée offre un surplus de protéines à l’hectare et des fourrages de meilleure valeur qui améliorent l’autonomie protéique en élevage.

Produire et valoriser des fourrages riches en protéines, tel était l’objectif du projet 4Ageprod, un des volets du plan SOS Protein, financé par les Régions Bretagne et Pays de la Loire. Plusieurs expérimentations ont été menées dans ce cadre pendant 4,5 ans. L’un des essais réalisé à la station de Mauron (56) a permis de mesurer l’effet d’une date de récolte plus précoce sur la valeur et le rendement d’une prairie. « Alors que le témoin se situait au stade début épiaison de la graminée, le stade précoce correspondait à la montaison de la graminée avec un fourrage composé de feuilles jeunes », explique Françoise Guillois, de la Chambre d’agriculture.

Cinq types de prairies ont été testés : RGH pur (25 kg/ha) ; RGH-trèfle violet (TV) (12 -12 kg/ha) ; dactyle-luzerne (4-22) ; dactyle-fétuque élevée-luzerne-TV (4-5-15-5) ; dactyle-RGH/RGI-luzerne-TV (5-5-15-5).
Au final, le taux de MAT est en moyenne de 14,5 % avec l’itinéraire comprenant la fauche précoce (+ 1,8 point par rapport au témoin) et le rendement est un peu inférieur (5 %). Avec 1 417 kg de MAT/ha, ce type de récolte produit 100 kg de MAT en plus par hectare. Au premier cycle, le rendement est inférieur de 2,2 t MS/ha en moyenne, mais le fourrage est plus riche en protéine avec 4,6 points de MAT en plus en moyenne (entre 3 pour le dactyle-luzerne et 5,8 pour le RGH -TV). « Cela permet des économies de correcteur. »

Trois coupes au printemps

Sur le printemps (avril à juin), les rendements globaux sont similaires entre fauche classique et précoce, mais le taux de MAT est plus important de 2,6 points en moyenne sur l’itinéraire précoce. Il permet de produire 1 079 kg MAT / ha, soit 18 % en plus que le témoin. « Trois coupes ont par contre été réalisées contre 2 pour la fauche classique, ce qui entraîne des coûts plus élevés. Mais les rendements par cycle plus faibles permettent un séchage plus rapide. »

Meilleures performances

Lors d’un essai mené à la ferme expérimentale de Trévarez, un ensilage d’herbe précoce à 15 % de MAT a permis de gagner 5 % d’autonomie protéique par rapport à un ensilage classique sur un troupeau des vaches laitières en conventionnel, tout en augmentant la production et en baissant le coût alimentaire. Sur le troupeau bio, en autonomie protéique totale, l’ensilage de RGH-TV précoce a généré une augmentation d’ingestion (de 15,4 kg MS/VL/j en classique à 18,7 en précoce). La production était également en hausse ainsi que les taux.

Le cas des mélanges céréales-protéagineux
Des mélanges céréales-protéagineux ont aussi été expérimentés dans différentes zones, montrant une forte variabilité de la qualité et du rendement selon les années. En zone tardive, les rendements sont très inférieurs. Premier levier testé, l’augmentation des protéagineux améliore la valeur mais il faut faire attention à la verse. Par contre, un stade de récolte précoce de ces mélanges n’est pas une solution pour produire davantage de protéines/ha, car le gain de MAT ne compense pas les moindres rendements.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer