- Illustration Se prémunir des intrusions
La responsabilité civile de l’agriculteur est engagée en cas de morsure sur un intrus, même si il rentre par effraction.

Se prémunir des intrusions

Quand les intrusions, les cambriolages ou les insultes ont lieu en exploitation agricole, difficile de garder son calme… C’est pourtant la bonne façon de réagir.

Le département du Finistère compte un gendarme pour 1 238 habitants. En France, 97 % des exploitations agricoles sont en zone de gendarmerie nationale. Pour autant, « 14 500 atteintes aux agriculteurs sont constatées chaque année, par des vols ou des dégradations. 1 tracteur agricole est volé chaque jour en France », comptabilise le lieutenant-colonel de gendarmerie Pascal Hédan, venu préconiser les bonnes façons d’agir quand on est confronté à des situations d’insultes, d’intrusions ou de vols. S’il est parfois difficile de ne pas riposter face à un rodeur, c’est pourtant la bonne attitude à avoir. « Ne leur faites pas de cadeau en basculant de l’autre côté », conseille le lieutenant-colonel. Même recommandation du côté de Thierry Marchal, secrétaire à la FDSEA, lors d’une soirée d’échange à Morlaix. « Il faut absolument éviter les bêtises, ne pas passer de statut de victime à celui d’agresseur ».

Vous connaissez votre territoire

Un véhicule suspect aux abords de la ferme ? « Prévenez-nous. Vous connaissez votre territoire, vous remarquez facilement les voitures inhabituelles. Quoi qu’il se passe, appelez la gendarmerie en préventif, pendant l’action et après l’infraction, pour que nous puissions relever les empreintes ». Le lieutenant-colonel conseille aussi, lors d’un appel au 17, de spécifier que l’on est agriculteur ; des consignes particulières sont alors ordonnées. La prise de photos ou de vidéos démontrant la présence d’intrus est la bonne attitude à adopter, en évitant « d’aller crescendo en bloquant le véhicule dans la cour de ferme ».

Chien de garde

Un participant à la réunion demande au major Pierre Roudaut les conséquences d’un chien qui viendrait à mordre le malfaiteur. « C’est votre responsabilité civile qui marchera. Plus la durée d’ITT (interruption temporaire de travail) sera longue, plus votre peine risque d’être importante, même si l’intrus est entré par effraction ». Une réponse qui ne satisfait forcément pas l’assemblée. Un autre agriculteur fait alors remarquer que depuis que des oies ont été positionnées près de la cuve à fioul, il ne constate plus de vol de carburant…
Les délinquants ont horreur de la lumière. « Jouez sur l’éclairage. Les spots avec détecteur de présence ont tendance à dissuader, tout comme l’élagage des haies pour éviter les zones d’ombre », conclut le gendarme.

Attention aux nouvelles menaces

Le lieutenant-colonel Pascal Hédan insiste sur de nouvelles formes de menace à prendre en compte : « Attention aux images diffusées sur les réseaux sociaux. Les cambrioleurs les consultent, savent quand vous êtes absents ». Et d’ajouter : « Si vous avez des salariés, n’hésitez pas à détailler des conditions de communication sur les réseaux sociaux dans les contrats de travail ».

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article