Economie, marchés et gestion

La détermination du prix du lait piétine

La loi Égalim a pour objectif d’aboutir sur une juste rémunération du producteur. À l’OP Sill Malo, l’accord cadre fait l’objet d’un désaccord au niveau de la formule de détermination prix du lait.

L’accord cadre proposé par l’Organisation de producteurs Sill Malo patine. En cause, « Un coût de revient du même montant que le critère PGC (produit de grande consommation) », résume Christian L’Hostis, président de l’OP Sill Malo. La loi Égalim a établi que c’est au producteur de proposer un contrat cadre individuellement ou par le biais de son OP. Dans l’accord cadre soumis à la laiterie Sill, l’association demande à fixer le prix du litre de lait selon 3 critères, à savoir le coût de revient, le mix beurre-poudre et le prix PGC. Lors de l’assemblée générale de l’association, un point sur les dernières avancées du projet a été réalisé, faisant suite une rencontre avec les responsables de la laiterie datant du 15 novembre dernier.

Pas de clause de revoyure

Concernant le coût de revient, l’OP demande qu’il soit en phase avec les instances comptables, « pour un montant qui oscille entre 380 et 390 €/1 000 L », chiffre Christian L’Hostis. Les responsables dénoncent également « un manque de transparence de la part de la laiterie sur les mix-produit », ainsi qu’une « clause de revoyure prévoyant un alignement du prix du lait en fonction de la concurrence. C’est pour nous inconcevable ».
Si aujourd’hui tous les producteurs livrant à la Sill n’adhèrent pas à l’OP, « il faut arriver à peser plus, avec 80 à 90 % des producteurs adhérents », estime Jacques Le Bloas vice-président de l’OP, « on a besoin de vous pour mettre la pression, l’aspect collectif est primordial », renchérit Christian L’Hostis. L’OP espère que les négociations vont rapidement s’accélérer, « pour se dérouler de façon productive et qu’elles soient favorables aux deux parties ».

L’exemple de l’APBO
« 100 % des producteurs de lait livrant à la laiterie Bel sont adhérents de l’OP », résume Gilles Pousse, venu témoigner de son expérience. L’Association des producteurs de lait Bel Ouest (APBO) représente 798 exploitations pour une collecte de 400 millions de litres de lait, répartie sur 6 départements du Grand Ouest. Cette association a écrit un cahier des charges « pour le vendre à l’entreprise. Nous avons fait appel à un bureau vérificateur pour des audits, afin que notre démarche soit crédible ». Les producteurs se sont engagés vers une production sans OGM et favorisant le pâturage. « Le non-OGM est obligatoire, le pâturage est basé sur du volontariat ». Au final, 97 % des adhérents de l’OP font pâturer leurs animaux. En 2020, le prix annuel minimum garanti par Bel sera de 371 €/1 000 L : 350 € de prix de base, auquel vient s’ajouter 6 €/1 000 L pour le pâturage et 15 €/1 000 L pour une alimentation sans OGM. À ce prix s’ajoute la valorisation de la qualité réelle du lait en matières grasses et protéiques.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer