À l'étranger

Du maraîchage à la nantaise au Bénin

À Ouidah, la société Divatec crée une ferme expérimentale avec chambre de germination, multi-chapelle… pour y produire des légumes en planche.

« Un eldorado ». Et ce n’est pas l’utopie de Candide. C’est la définition de ce nouveau marché à conquérir en Afrique pour la société Divatec. « Mais, en Afrique, il faut d’abord démontrer que cela fonctionne, pour acquérir la confiance des clients », rapporte Jean-Michel Mahé, le directeur. Aussi, riche de son savoir-faire en maraîchage dans le Grand Ouest (Divatte-sur-Loire, 44 – Ploudaniel, 29), l’équipementier monte une ferme expérimentale sur ces fonds propres, modèle qu’ils souhaite vendre à terme clé en main, pour y produire salade, carotte, chou…

En phase d’installation

Après un long parcours du combattant, pour sécuriser les terres dans un pays où le cadastre n’existe pas, ils ont acquis un bail emphytéotique de 25 ans au travers d’une coopérative locale qui regroupe 450 producteurs. Depuis mi-septembre, le projet prend forme ; 18 des 30 ha d’une ancienne cocoteraie exploitée pour l’huile ont ainsi été défrichés. La population locale a récupéré le bois pour le transformer en charbon. « L’expérience est très enrichissante. Il a fallu s’intégrer à la culture et s’adapter aux coutumes locales : présenter le projet aux adhérents, recruter des salariés, solliciter les sages et chefs de village pour recueillir leur bénédiction… ». Des étapes essentielles pour que le projet soit plébiscité. « Notre objectif avec cette exploitation : démontrer que la production maraîchère peut être rentable, pour obtenir l’appui du gouvernement et attirer les financeurs. » Reste maintenant à construire les bâtiments, former les personnes pour qu’elles acquièrent des compétences et « dompter » les pratiques de l’agriculture biologique en milieu tropical… 

Présentation du projet aux adhérents de la coopérative.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer