CulturesFinistère

Bretagne Plants : 6280 ha de plants de pomme de terre

Les arrachages ont démarrés, les expéditions vont commencer. Les premiers échos font état d’une bonne qualité des récoltes de plants, avec un rendement dans la moyenne.

« Les arrachages ont démarré à la fin août, dans de bonnes conditions. Nous en sommes à 30 % des récoltes », résume Jean-Yves Abgrall, directeur de Bretagne Plants, lors de la traditionnelle réunion de présentation des hybrides de plants de pomme de terre, à la station expérimentale de Ploudaniel (29). Les expéditions vont démarrer vers l’export, la région Bretagne a cette capacité à commencer précocement ses livraisons quand les autres bassins de productions doivent encore patienter pour se lancer dans la campagne.

Sans doute des calibres plus gros

6 280 ha en Bretagne ont été consacrés à la culture de plants, un chiffre en hausse de 4,8 % par rapport à l’an passé. Les bonnes conditions de plantation, suivies par une période de sécheresse n’ont pas pénalisé les cultures. « Les rendements sont proches de la moyenne. Nous constatons d’ores et déjà des calibres un peu plus gros, qui s’expliquent par une réaction des plantes en cas de sec : le plant favorise le grossissement de 1 ou de 2 tubercules au détriment des autres ». Pas de panique toutefois sur les livraisons, si la part de dessus de plants est sans doute plus importante, les calibres standards 35/55 seront bien présents.

Inquiétudes sanitaires sur l’avenir

Jean-Yves Abgrall ne cache pas l’inquiétude des producteurs vis-à-vis des solutions de protection des cultures à l’avenir. « Nous devrons peut-être éliminer les parcelles à forte infestation de taupin. Les moyens de lutte devront être additionnés, avec des précédents culturaux différents, un travail du sol plus important pour casser le cycle de développement de ces taupins, ou encore de la lutte biologique », indique le directeur. Un essai est en cours au Faou (29) sur l’effet du travail du sol ou sur l’incidence de différents couverts végétaux sur ces parasites, mais demandera du temps (au moins 5 ans) avant de livrer ses premières conclusions.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer