Cultures

Érosion de l’efficacité des insecticides sur colza

À l’occasion de la présentation, le 3 juin, de ses préconisations pour les prochains semis de colza, Terres inovia, l’institut technique des oléoprotéagineux, a expliqué que la culture fait face à une montée préoccupante des résistances aux insecticides (pyréthrinoïdes) chez ses principaux ravageurs d’automne, l’altise et le charançon. Et la famille des organo-phosphorés, alternative disponible, obtenue il y a cinq ans, sur demande pressante de l’institut auprès des autorités sanitaires, n’offre qu’une efficacité de 50 %, explique Terres Inovia. Non seulement les résistances s’accroissent, mais les populations d’insectes également. Un phénomène que l’institut explique par une succession d’automnes doux favorables à leur développement, mais aussi par un taux de parasitisme très faible des larves d’altises dans les zones les plus exposées, à commencer par le bassin de production, dans l’est de la France.

« Désormais il faut faire de l’agronomie et implanter des colzas capables de se défendre tout seul », conclut Fabien Lagarde, responsable du transfert régional de l’innovation chez Terres Inovia. Car aucune nouvelle molécule n’est attendue sur le marché. L’institut recommande notamment de semer précocement ; ce choix peut également rendre le colza moins vulnérable à un épisode de sécheresse automnal. « Dans certains bassins de production de colza, entre 50 et 70 % des surfaces n’ont pas levé, retrace-t-il. Beaucoup ont retourné leurs colzas ces derniers mois, souvent pour implanter un maïs. Or, implanter une céréale derrière une céréale, cela annonce des problèmes importants à venir », notamment pour le désherbage, avec des risques importants de résistances aussi.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Fermer