Élevage

Seize heures de “jour” toute l’année

Sur l’exploitation de Jean-Jacques Grolleau, de l’EARL La Naye à Coron (49), les vaches laitières sont exposées toute l’année à 16 h de jour. L’hiver, les lampes adaptent leur intensité en fonction de la lumière naturelle entrant dans le bâtiment.

« Ces lampes apportent une grande clarté malgré la hauteur du bâtiment. La lumière est diffuse », apprécie Jean-Jacques Grolleau qui gère un troupeau d’une cinquantaine de vaches laitières à Coron (49).

Huit lampes à leds

« Les lampes sont situées en hauteur sous chaque pan de toiture », explique Jean-Jacques Grolleau.

Dans sa stabulation neuve mise en service en juillet 2017, il a fait le choix d’installer huit luminaires CL 6000 – commercialisés par DeLaval – dans le but de maintenir une luminosité constante sur l’année pour ses vaches. « C’est un facteur de bonne santé, de bien-être et de productivité. Depuis que j’ai ce bâtiment, je repère plus facilement les chaleurs. L’apport de lumière joue sans doute… Quand j’amène les génisses dans ce bâtiment, je repère mieux leurs premières chaleurs ».

Les huit lampes assurent la luminosité de l’ensemble du bâtiment. Des néons ont juste été ajoutés au-dessus du box de vêlage et dans la zone de traite. Les luminaires DeLaval contiennent 4 rangées de leds (3 en lumière blanche et 1 en lumière bleue) qui diffusent une intensité lumineuse constante, de 6 h le matin jusqu’à 22 h. Un capteur situé dans le bâtiment mesure la luminosité. Il est relié au boîtier de contrôle qui fait varier l’intensité automatiquement (la prise de commande en manuel est aussi possible).

« S’il fait beau, les lampes s’éteignent automatiquement. Si l’intensité n’est pas atteinte, elles s’allument pour compléter la perte de luminosité », explique le producteur. De 22 h à 6 h, les lampes passent en mode « nuit » avec une seule rangée de leds allumée à faible intensité (15 lux). Cette faible lumière permet de surveiller et intervenir sans impacter le rythme biologique ni le repos des vaches. Le coût des luminaires a été de 6 500 € environ. La durée de vie estimée des leds est de 50 000 h allumées.

Long-pan ouvert et tôle perforée
La stabulation de l’EARL La Naye est aussi éclairée par des plaques translucides et le côté sud/est est ouvert, laissant pénétrer la lumière naturelle du matin au début d’après-midi. Dans le fond, la tôle perforée permet aussi l’apport de clarté et la ventilation. Des racleurs à chaînes assurent l’entretien des couloirs d’exercice et un robot de traite est installé depuis six mois. En saison, les vaches sortent pâturer pendant 5 h. « Même si le nombre de traite a baissé de 2,8 à 2,4 avec le pâturage, la production par vache augmente », constate Jean-Jacques Grolleau qui travaille seul sur la ferme, produisant 500 000 L sur une SAU de 70 ha.

Des cycles plus réguliers et plus stables

« Des études sur le management de la photopériode ont déterminé qu’avec 16 heures de luminosité par jour (minimum de 150 – 180 lux) et 8 h d’obscurité, les vaches sont plus actives et plus efficaces en production laitière. L’intérêt de ces lampes est d’avoir une durée du jour constante sur l’année. Les vaches affichent des cycles plus réguliers et plus stables. Elles retournent en ovulation plus rapidement après vêlage même en hiver. Les chaleurs sont plus faciles à repérer », souligne Clémence Dudouit de chez DeLaval.

« Il a également été prouvé que les vaches sont plus sensibles à la lumière bleue qui a un effet sur leur cycle de sommeil en inhibant la mélatonine. En supprimant certaines longueurs d’onde auxquelles les vaches sont moins sensibles, la production de lait est favorisée, tout en utilisant moins d’énergie. Nous préconisons 120 lux en journée avec ces lampes », indique Clémence Dudouit. « Trois fonctionnements sont possibles. En mode “éleveur”, le confort de travail est privilégié grâce à une forte intensité lumineuse, à spectre complet qui permet la sécurité des interventions. En mode “animal”, l’éclairage se module pour avoir un flux lumineux constant. En mode “nocturne”, seules certaines led fonctionnent en intensité faible. »

Des lentilles optiques améliorent la diffusion
Les lampes CL 6000 et CL 9000 DeLaval permettent d’optimiser l’éclairage des bâtiments des vaches laitières. Sur la partie supérieure, elles ont une rangée de leds bleues et une rangée de leds blanches. Sur la partie inférieure, les CL 6000 ont deux rangées de leds blanches (3 rangées pour les CL 9000). Les premières sont à installer entre 4 et 7 m de hauteur et peuvent couvrir 70 m2 (7 à 11 m et 95 m2 pour les CL 9000). Ces lampes possèdent deux brevets : sur le spectre de lumière bleue et la technologie BatWing. Cette dernière, grâce à des lentilles optiques et l’absence de réflecteurs dans le luminaire, permet de diffuser uniformément la lumière sur une zone plus grande, pour la même quantité d’énergie dépensée. « La lumière est concentrée sur le sol. Il n’y a pas de zone d’ombre », précise Clémence Dudouit. Grâce au boitier de commande, l’éleveur peut gérer différents programmes selon les bâtiments. « Pour les vaches taries, on sait que les besoins en lumière sont inversés par rapport aux laitières. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer