En bref

Volaille : Anvol vise une baisse de 10 points de la part d’importations d’ici 10 ans

A l’occasion d’une conférence de presse le 18 février à Paris, Anvol, la jeune interprofession de la volaille de chair, née il y a six mois, a annoncé qu’elle visait une baisse de 10 points de la part des volailles de chair importées dans la consommation française, pour passer de 33% actuellement, à 23%. Pour ce faire, la filière prévoit d’investir 2,7 milliards d’euros d’ici 2022, dont 2,4 milliards dans l’élevage (y compris accouvage). «La France avait pris du retard dans ses investissements, notamment dans l’accouvage, dans les bâtiments», a expliqué Gilles Huttepain, vice-président d’Anvol. L’objectif de «reconquête» du marché intérieur a été lancé il y a quelques années dans cette filière. Il n’a pour l’instant permis que de «stabiliser» la part des importations, a explique Gilles Huttepain.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer