DécouvertesMorbihan

100 espèces se côtoient à l’insectarium

Olivier Dupont gère l’insectarium de Lizio (56) qui regroupe plus de 100 espèces différentes d’insectes, reptiles, arachnides, papillons… Dans ce lieu unique en Bretagne, il partage sa passion pour ces animaux et casse certaines phobies et autres idées reçues.

En traversant le bourg de Lizio dans le Morbihan, il est difficile de ne pas remarquer l’insectarium avec sa fresque géante qui occupe la moitié du pignon de cette vieille bâtisse en pierre. À l’intérieur, on y rencontre Olivier Dupont, le gérant, véritable passionné de ces bêtes qui rebutent beaucoup de monde. Mais l’homme à l’art et la manière de faire découvrir leur habitat naturel, leur intérêt pour l’écosystème, leur mode de vie. Après la visite de l’insectarium, on ne regarde plus les insectes avec le même œil et on réfléchit à deux fois avant d’écraser une araignée en rentrant chez soi.

Une passion pour les insectes

« À l’âge de 4 ans, je ramassais des insectes et des escargots dans le jardin pour les élever. Plus tard, j’ai participé à un grand nombre de bourses aux insectes pour réaliser des échanges et à différentes expositions. Mais cela fait longtemps que j’ai arrêté la collectionnite. Je suis plus sur l’observation de l’insecte dans son milieu naturel, sur l’élevage et la mise en avant de la beauté de ces bêtes », raconte Olivier Dupont. Le bâtiment qui abrite l’insectarium était une école municipale jusque dans les années 80. C’est ensuite devenu une auberge qui a stoppé son activité en 1995 puis le lieu est resté vacant quelques années. « Jean-Claude Gabillet, le maire de la commune, a alors lancé un appel d’offres pour créer un insectarium dans ce bâtiment communal. L’aquarium de Vannes a porté ce projet et il s’est concrétisé en 1999. »

Theloderma Corticale du Vietnam
Theloderma Corticale du Vietnam.

En 2009, Olivier Dupont découvre l’insectarium. « À cette époque, j’étais président du groupe d’études des arachnides et référent national pour récupérer les Nac (nouveaux animaux de compagnie). J’ai été appelé par les services vétérinaires pour venir récupérer trois mygales à l’insectarium. J’ai donc visité le lieu et échangé avec un adjoint au maire qui m’a fait savoir qu’un repreneur était recherché. J’ai pris la gérance de l’insectarium et ouvert en juillet 2009 après avoir réalisé des travaux. » Olivier Dupont n’a pas repris le lieu par hasard, depuis 1995, il cherchait à créer, avec des amis, un grand insectarium dans l’Oise. Mais certains choix politiques ne lui ont pas permis de concrétiser ce projet.

Un endroit ouvert sur l’extérieur

L’insectarium a bénéficié de différentes aides de la Région mais aussi de l’Europe pour réaliser 120 000 € de travaux de réaménagement pour que le lieu soit plus convivial et accessible aux handicapés. « Nous avons ouvert le lieu sur l’extérieur en créant une volière aux papillons de 400 m2 à but pédagogique afin de mettre les visiteurs en contact direct avec les papillons. C’est aussi une façon de prouver l’intérêt de conserver de la biodiversité dans la nature pour continuer d’observer des papillons. C’est véritablement un lieu magique qui enchante les visiteurs, certains y passent des heures. » Le gérant de l’insectarium possède des ruches dont l’une d’elles communique avec l’intérieur du bâtiment par des tubes pour que les visiteurs puissent observer l’activité des abeilles à l’intérieur d’une ruche.

« En observant la ruche, un jour un enfant m’a dit : «Les abeilles elles travaillent tout le temps, ce ne sont pas des fonctionnaires.» Un autre enfant m’a demandé s’il n’y avait pas trop de bazard dans la ruche, je lui ai répondu qu’il n’y en avait pas car il n’y a pas encore de syndicat. Au-delà des anecdotes, «c’est un endroit où je casse les idées reçues sur l’agriculture et son rôle dans la disparition des abeilles, je prouve aux visiteurs que ce n’est pas la seule et unique raison et qu’eux aussi ont leur responsabilité. Je leur explique tout le positif apporté par l’agriculture aux abeilles comme les engrais verts qui permettent des floraisons au mois d’octobre. »

Un lieu unique en Bretagne

L’insectarium accueille plus de 8 000 visiteurs par an de début avril à mi-septembre. Pendant l’automne et en hiver, beaucoup d’animaux sont au ralenti. Olivier Dupont en profite pour rapatrier beaucoup d’entr’eux en salle d’élevage chauffée pour gérer le renouvellement des générations. Plus de 100 espèces différentes se côtoient dans ce lieu unique en Bretagne. « Je possède autour de 300 phasmes de 20 espèces différentes, des mantes religieuses, blattes, iules, escargots, bernard-l’hermite, crabes terrestres, scarabées, fourmis, abeilles, scorpions, mygales, grenouilles, lézards, tortues… La volière aux papillons totalise plus de 2 000 éclosions sur la saison. » Olivier Dupont confie travailler beaucoup mais apprécie de pouvoir vivre de sa passion.

Insectarium – 12 Rue du Stade, 56460 Lizio
Téléphone : 02 97 74 94 31

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer