Découvertes

Raconte-moi une histoire… d’âne

À la Bouëxière, au nord-est de Rennes, Ève Guyot rend à l’âne sa noblesse en partageant sa passion avec les tout-petits, comme les plus grands. Son message : montrer toute l’importance qu’il avait dans le passé pour l’agriculture, ses qualités et rectifier quelques idées reçues.

C’est au milieu des pins, et comme coupés de la ville que nous retrouvons Ève Guyot et ses ânes. Si elle était plongée dans le monde des chevaux depuis son plus jeune âge, c’est son grand-père qui a déclenché chez elle la passion des ânes. Touchée par la gentillesse de ces équidés, elle se donne aujourd’hui pour mission de prouver qu’ils ne sont pas seulement « le cheval du pauvre » et de sensibiliser le public à leur cause. En 2011, elle quitte son travail de technico-commercial et crée l’asinerie « Histoires d’ânes ». Elle conçoit une gamme de cosmétiques à base de lait d’ânesse et en parallèle, elle développe l’accueil de classes, de familles et de toute personne passionnée.

Au cœur de 25 hectares d’arbres et de prairies, dont 4 en éco-pâturage, ses 24 ânes et toute une ménagerie profitent d’un havre de paix. Elle réaménage des anciennes écuries et leur environnement, sécurise le site, crée des espaces pique-nique, et installe une yourte pour l’accueil des enfants. L’ensemble constitue un site enchanteur où l’on se sent bien.

Les apprentis journalistes de BTS ACSE se sont prêtés au jeu de la traite des ânesses.
Les apprentis journalistes de BTS ACSE se sont prêtés au jeu de la traite des ânesses.

Un contact unique

L’agricultrice achète et recueille des ânes de races très diverses : âne du Cotentin, âne normand, baudet du Poitou, noir du Berry, Pie d’Irlande et le fameux âne commun. Sa ferme est en quelque sorte un conservatoire qui fait découvrir toutes les facettes de cet animal, ses qualités et son importance dans la vie de nos aïeuls mais aussi encore aujourd’hui. Nous sommes surpris par la diversité des tailles qu’il peut avoir, de ses couleurs et des longueurs de poils et de leur texture. L’âne est un animal calme et sociable. Il a besoin de vivre en groupe et au contact de l’homme. Il est donc l’animal idéal dans une ferme pédagogique.

Il est possible de partir en randonnée avec un âne sur les chemins de la commune, de venir le découvrir lors d’un goûter d’anniversaire… Pour les classes, de la maternelle au lycée, l’éleveuse conçoit un programme pédagogique avec les enseignants, en lien avec les programmes des cycles scolaires. Elle est habilitée à accueillir des classes.

Avec les petits

Avec les tout-petits, son but principal est de travailler sur le respect mutuel avec l’animal. Les enfants sont invités à le câliner, à le brosser avec des brosses de différentes textures, à participer à la traite, à goûter au lait d’ânesse, à le diriger sur un parcours. Elle souligne que « dès 2 ans, les petits peuvent essayer de traire. » Mais, « chaque jour il faut s’adapter au public en fonction de son âge et des enfants ».

En primaire, l’accueil se fait à la journée. Par exemple, en classe de CM2, le matin est centré sur les caractéristiques physiologiques de l’âne, son alimentation et le cycle des pâtures. Ils découvrent que l’âne peut vivre 35 ans, que la durée de gestation est de 12 à 13 mois et qu’il faut un ânon pour que l’ânesse ait du lait. L’après-midi est plus libre. Les enfants peuvent découvrir les autres animaux de la ferme. Ils peuvent aller voir les poules et leurs poussins… Chouchou, le cochon, a beaucoup de succès. Les enfants adorent aussi la balade en calèche, moment incontournable de la journée.

Et avec les plus grands

Sous le charme de cet équidé, nous non plus, nous ne voulons plus quitter Ève Guyot. Nous aussi, comme les tout-petits, nous l’avons caressé, nous avons trait à la main une ânesse, goûté son lait et apprécié son onctuosité, découvert ses bienfaits (notamment pour lutter contre le psoriasis et l’eczéma)… Nous avons beaucoup appris et changé nos représentations sur cet animal souvent dévalorisé.

En savoir plus : www.histoires-d-anes.fr ou mail à contact@histoires-d-anes.fr.

Maïna Le Manac’h, Vincent Belloir, Marie Buan, Julie LeDivenah, Ophélie Martin / CFTA de Montfort

Les étudiants de BTS prennent la plume
Depuis plus de dix ans, Triskalia organise, en partenariat avec le journal Paysan Breton, un concours d’écriture ouvert aux élèves de BTS agricoles 1re année. À l’heure où la société est de plus en plus éloignée du monde agricole, il est important d’expliquer aux jeunes générations le rôle de l’agriculture et de l’élevage… mais comment faire passer au mieux les messages auprès de nos chères têtes blondes ? Cette année, le thème du concours était “l’agriculture expliquée aux enfants”. Cet article  a obtenu le 3e prix. Félicitations à ses rédacteurs, élèves de BTS ACSE au CFTA de Monfort !

La classe A de BTS ACSE.
La classe A de BTS ACSE.

Le CFTA de Montfort

Membre du réseau des Maisons familiales rurales, le CFTA de Montfort, à proximité de Rennes, forme aux métiers de l’agriculture et du secteur équin, du para-agricole, de l’agrofourniture et des entreprises de l’agroéquipement.

L’établissement propose les formations suivantes : le Bac Pro CGEA (agriculture et équin), le BTSA Acse, le BTS TC en double compétence en Contrat pro, une formation de Conducteur de Travaux en ETA (niveau III) et en partenariat avec l’IUT de gestion de Rennes, une licence pro Gestion des entreprises d’agroéquipement.
Les étudiants BTS ACSE sont originaires de toute la Bretagne mais aussi de Normandie et des Pays de la Loire. La formation a pour particularités l’alternance et de proposer depuis 1987 un stage à l’étranger de 4 à 6 mois. Une expérience enrichissante, inoubliable, professionnelle et humaine, qui est un atout sur un C.V. Les destinations de 2018 sont : le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les pays européens, le Guatemala, le Costa Rica…

Mots-clés
Bouton retour en haut de la page
Fermer