ÉlevageSur abonnement

La main-d’œuvre étrangère à la rescousse

Associé d’une maternité collective de 1 900 truies, à Saint-Guyomard (56), Pascal Le Corre encadre une équipe d’une dizaine de salariés, en comptant celui qu’il emploie à temps plein sur son exploitation. « Il y a seulement cinq ans, quand je passais une annonce d’offre d’emploi, je recevais plusieurs candidatures et je faisais un choix. Actuellement,…

Cet article est réservé aux abonnés numériques.
Pour lire la suite…
Connectez-vous ou Abonnez-vous

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer