Investir dans les outils et répondre aux marchés

Pascal Fiche, président, et Denis Gogo, directeur, ont présenté l’activité de la coopérative lors de l’assemblée générale. - Illustration Investir dans les outils et répondre aux marchés
Pascal Fiche, président, et Denis Gogo, directeur, ont présenté l’activité de la coopérative lors de l’assemblée générale.

La coopérative Clal Saint-Yvi dresse le bilan d’une année 2017 qui succède à 2 années compliquées. La collecte de lait biologique progresse, les investissements suivent leur cours. Après 2 années consécutives compliquées, la coopérative Clal Saint-Yvi enregistre un chiffre d’affaires en progression de 7 % pour l’exercice 2017, pour s’établir à 180 millions d’euros. « Cette amélioration n’est toutefois pas suffisante, notamment dans le domaine laitier », confie Denis Gogo, directeur, lors de l’assemblée générale qui s’est tenue mercredi à Quimper. Les productions animales représentent 56 % de l’activité du groupe, en productions végétales 35 % et la distribution 9 %. L’investissement continue Le résultat de 1,5million d’euros permet de poursuivre les investissements déjà lancés par la coopérative. « Le site de stockage de céréales de Rosporden a vu sa capacité doubler, pour atteindre les 22 000 t. Nous continuons d’investir, comme le montrent les 10 millions d’€ apportés aux outils laitiers ». Les filières céréales, de matériels de récolte ou encore de systèmes d’information bénéficient aussi de ces engagements financiers. « Nous avançons sur la portabilité des techniciens, vers des solutions connectées », confie Pascal Fiche, président. Doublement de la production de lait biologique Les responsables observent comme tous les acteurs de la filière, « une consommation des produits laitiers en baisse ». La forte demande en lait bio, conjuguée avec les conversions d’exploitations, est suivie avec attention. « Notre collecte de lait bio a doublé, pour atteindre près de 7 millions de litres, sur une production totale de 120 millions ». La demande en produits bio touche aussi la gamme des légumes, mais il est « techniquement difficile d’y répondre et la production a du mal à se stabiliser dans la durée ». Les herbes aromatiques sont aussi présentes, et représentées par de la ciboulette, du persil, le développement du basilic ou encore de la menthe. Si les surfaces en…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article