Élevage

Tarissement, antibiotiques ou pas?

Le traitement sélectif et l’emploi d’obturateurs peuvent contribuer à réduire l’usage d’antibiotiques. À certaines conditions.

Les mammites de début de lactation coûtent cher à l’éleveur; entre le coût du traitement, la chute de la production et le lait non vendu, la « facture » atteindrait 200 à 300 € par cas. Difficile donc de se priver d’un traitement antibiotique au tarissement qui ne coûte qu’une quinzaine d’euros, et qui offre une tranquillité d’esprit à l’éleveur, même si, en réalité, ils ne garantissent pas une protection à 100 % jusqu’au vêlage. Le taux national de nouvelles infections en début de lactation reste encore de 13 % (source Cniel) malgré l’usage quasi systématique d’antibiotiques au tarissement. « Dans certains élevages à la situation sanitaire dégradée, il faut aussi envisager l’utilisation d’obturateurs qui protègent plus longtemps que les antibiotiques pendant la période sèche », indique Ivanne Leperlier, vétérinaire de GDS. Dans les troupeaux plus sains, il est possible de s’affranchir d’antibiotiques pour certaines vaches. « Le traitement peut alors être réservé aux vaches à plus de

150 000 cellules/mL au dernier contrôle

(100 000 pour les primipares) ». Pourquoi ces seuils relativement bas ? « Au-delà de 300 000 cellules, on sait que des pathogènes majeurs (E. coli, staphylocoques, streptocoques) sont présents. En dessous, non. Mais entre 150 000 et 300 000, il y a des bactéries mineures qui peuvent néanmoins se développer ». Les vaches ayant souffert d’une mammite clinique dans le dernier trimestre de la lactation doivent être également traitées. « Dans le doute, beaucoup d’éleveurs ont recours à un traitement antibio doublé de la pose d’un obturateur, notamment sur les vaches qui ont des lésions sur la peau des trayons ou qui ont une mamelle décrochée ». S’affranchir totalement des antibiotiques au tarissement est donc toujours compliqué. Au préalable, les fondamentaux concernant le logement des taries, le paillage, la ration doivent être respectés (voir par ailleurs).

Obturateurs, pas n'importe comment
Pour éviter la pénétration de germes lors de la mise en place de l’obturateur, il faut préalablement utiliser des lingettes désinfectantes pour nettoyer le trayon. Il convient ensuite de vider l’air qui se trouve dans la seringue (vidéo explicative visible sur le site de GDS Bretagne avant fin décembre 2017) et de pincer le haut du trayon au moment de l’injection pour que le produit (bismuth lourd) reste à l’endroit souhaité. Au vêlage, les éleveurs ne doivent pas oublier de l’enlever avant la première traite, notamment ceux ayant un robot. Bien appliqué, l’obturateur protège la mamelle pendant toute la période sèche. Les antibiotiques, pendant trois semaines environ.
ceva-mamiseal-application-vache-mamelle-tarissement-sante-animale-velage-periode-seche-lait-veterinaire-hygiene
Une mamelle non infectée au tarissement et qui n’a pas eu de mammite sur le trimestre précédent peut être protégée uniquement par des obturateurs.

Vaccins peu utilisés

« Les remèdes homéopathiques sont de plus en plus testés et semblent prometteurs pour soigner les mammites en cours de lactation. Il y a peu de recul sur leur usage au tarissement », poursuit la vétérinaire. Un vaccin est aussi proposé en France. « Il est utilisé pour contrer les infections liés à la présence d’E.coli et de staphylocoques. Or, la majorité des mammites sont liées à la présence de streptocoques uberis en Bretagne… ». Les travaux de recherche se poursuivent dans le domaine de la santé mammaire. Certains produits peuvent aider les éleveurs à tarir les fortes productrices. « Pour baisser la production laitière lors du tarissement, un inhibiteur de prolactine (hormone qui stimule la lactation) avait été proposé à partir de 2015. Sa commercialisation est suspendue mais son intérêt, notamment en termes de bien-être animal, pourrait motiver son retour prochainement ».

Un autre produit, contenant une cytokine immunomodulatrice (protéine naturellement produite par les vaches pour augmenter le nombre de cellules neutrophiles et leurs capacités bactéricides) augmente l’immunité des vaches laitières en péripartum. « L’objectif est d’éviter les infections mammaires et les métrites dans les premières semaines de lactation ». Le traitement, par injection, réduirait de 25 % les mammites cliniques. Pour chacun de ces produits, il faut compter une vingtaine d’euros par vache et par an. Pour autant, ils ne permettent pas de se dédouaner des mesures d’hygiène et de biosécurité de base.

Protéines marqueuses de l'inflammation, un intérêt ?
La protéine Milk Amyloid A (MAA) est un marqueur spécifique et précoce de la mammite subclinique et clinique. « La présence de cette protéine est fortement corrélée à celle des leucocytes. Sa recherche présente donc peu d’intérêt. Elle est proposée aux alentours de 10 € par vache et par an comme une aide à la stratégie de tarissement, grâce à la connaissance du statut sanitaire de chaque quartier (information que l’on obtient également en réalisant un leucocytest). Surtout, traiter un seul quartier par antibiotiques au tarissement est une pratique controversée : une diffusion dans les trois autres est possible et s’il y a un sous-dosage, il y a un risque de création de résistance. Il n’y a pas de consensus actuellement sur cette méthode de traitement quartier par quartier ».
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer