Energies et environnementPolitique et Syndicalisme

Soutien aux projets de stockage hivernal de l’eau

Les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture ont annoncé conjointement leur volonté de simplification administrative pour les projets de stockage hivernal de l’eau.

Lors du Conseil des ministres du 9 août, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot et celui de l’Agriculture Stéphane Travert ont présenté une communication sur la gestion quantitative de l’eau en deux axes : « Encourager la sobriété des usages » et « faire émerger des solutions locales ». Par exemple, la réalisation de projets de stockage hivernal de l’eau « là où c’est utile et durable » doit être « encouragée », selon un communiqué des deux ministères.

Le cabinet de Stéphane Travert précise qu’il s’agit d’avoir « une approche globale » des projets incluant les questions liées à la biodiversité, mais aussi au changement climatique et à la sécurité alimentaire. Concrètement, « il s’agit d’un sujet de simplification administrative », a expliqué le porte-parole du Gouvernement en conférence de presse.

Une position commune entre les deux ministères

« Je suis ravi de voir ce travail commun à Nicolas Hulot et Stéphane Travert », explique Éric Frétillère, président des Irrigants de France, interrogé au lendemain de cette communication commune. Selon lui, c’est une « première » s’agissant de la gestion quantitative de l’eau. « Avant, il n’y avait pas de position commune entre les deux ministères », soutient-il.

« Des ouvertures prometteuses »

Dans un communiqué publié le 10 août, l’APCA, la FNSEA, les Irrigants de France et les Jeunes agriculteurs estiment que la volonté du gouvernement sur la gestion de l’eau offre « des ouvertures prometteuses très attendues ». Pour Éric Frétillère, « favoriser la réutilisation des eaux usées traitées » est aussi un point « très positif » parmi les solutions proposées par le Gouvernement.

Des annonces qui restent « vagues »

La Confédération paysanne estime quant à elle que ces annonces sont « vagues ». Concernant les projets de stockage hivernal de l’eau, le syndicat appelle à « des ouvrages de stockage pensés pour bénéficier à l’ensemble d’un territoire et de ses acteurs ». Par ailleurs, le syndicat défend une irrigation qui ne serve pas à entretenir « un système agricole intensif ». « Il n’est pas question d’irriguer des cultures inadaptées au changement climatique. Il faut économiser », affirme-t-on au cabinet du ministre de la Transition écologique sans préciser de quelles cultures il s’agit.

L’agriculture sera-t-elle concernée ?

Pour la Coordination rurale (CR), cette communication est « ambiguë ». Nicolas Jacquet, agriculteur de la CR et spécialiste de l’irrigation, craint que l’agriculture ne soit pas concernée par les projets de stockage hivernal d’eau, dont la réalisation pourrait être encouragée, sous certaines conditions, par le gouvernement. « Tout le contraire de ce qu’on veut », affirme-t-il rappelant que les stockages d’eau doivent permettre d’irriguer. Ses inquiétudes viennent notamment du fait que le mot « irrigation » n’apparaît pas aux côtés des mots « stockage hivernal de l’eau » dans le communiqué des deux ministres publié le 9 août.

Prochaines échéances
Une cellule d’expertise doit, d’ici le 31 octobre, « examiner 47 projets de territoires en cours pour voir s’il est possible d’accélérer leur réalisation », précise le communiqué. La cellule est placée sous l’autorité conjointe des ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture. Parmi les actions à faire émerger, les deux ministres ont aussi proposé l’élaboration d’un deuxième Plan na- tional d’adaptation au changement climatique d’ici fin 2017.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer