Cultures

La coupure GPS buse à buse du pulvérisateur se rentabilise rapidement

Lors du changement de leur pulvérisateur, les associés du Gaec Le Berre, à Bannalec (29), ont équipé leur nouveau matériel de plusieurs options dont la coupure GPS buse à buse qui permet de gagner en précision et de réaliser de belles économies en produits phytosanitaires.

Quand Éric Le Berre, agriculteur à Bannalec (29), a repris une exploitation voisine avec 100 ha de SAU, son pulvérisateur avec 16 m de rampe âgé de 15 ans et d’une capacité de 1 000 litres a vite montré ses limites. « Le développement de cultures spécifiques comme la ciboulette qui rapporte lorsqu’on est précis, et l’installation programmée de mon fils Johann au sein du Gaec a accéléré la décision de renouveler le pulvérisateur », explique Éric Le Berre.

Éric et Johann Le Berre, agriculteurs ; Jérôme Le Meur, responsable commercial Bretagne chez Amazone ; Roger Hémery, concessionnaire SDMA.
Éric et Johann Le Berre, agriculteurs ; Jérôme Le Meur, responsable commercial Bretagne chez Amazone ; Roger Hémery, concessionnaire SDMA.

Réglage automatique de la hauteur de rampe

Dans le secteur de Bannalec, beaucoup d’agriculteurs sont équipés de pulvérisateurs de la marque Amazone. « Après avoir échangé avec plusieurs collègues, nous avons opté pour cette marque. Les agriculteurs ont préféré rester sur un modèle porté plutôt que trainé pour pouvoir y ajouter des options supplémentaires sans exploser leur budget. Ils ont choisi un modèle de 24 mètres avec 1 920 litres de capacité. « En pulvérisant à 95 litres/ha ça nous permet d’avoir une autonomie de 20 ha en céréales et maïs. »

Ils ont ajouté le réglage automatique de la hauteur de rampe qui permet de maintenir une pulvérisation toujours à une hauteur programmée de la culture. « Avant on le faisait manuellement, ce qui obligeait à regarder sans cesse derrière pour corriger la hauteur. Maintenant il suffit de paramétrer le boitier en démarrant suivant la culture à traiter et on roule », indique l’éleveur de porcs.

2 000 €/an d’économie de produits phytos

La circulation continue est une autre option ajoutée au pulvérisateur par les 2 associés du Gaec Le Berre. Cela permet à la rampe d’être chargée en bouillie en permanence, en particulier lors du démarrage de la parcelle, d’être plus précis lors du traitement et de limiter les bouchages. « Avec la circulation continue appelée DUS, nous évitons le phénomène de démarrage en V en début de parcelle car plus besoin d’attendre que la bouillie atteigne le bout de la rampe. C’est une façon d’éviter de doubler le traitement sur certaines zones », explique Jérôme Le Meur, responsable commercial Bretagne pour Amazone.

Le boîtier de contrôle tactile et en couleurs est assez intuitif selons les agriculteurs. Ils utilisent le joystick pour le dépliage et repliage de la rampe ainsi que pour démarrer et arrêter la pulvérisation.
Le boîtier de contrôle tactile et en couleurs est assez intuitif selons les agriculteurs. Ils utilisent le joystick pour le dépliage et repliage de la rampe ainsi que pour démarrer et arrêter la pulvérisation.

Si Éric et Johann Le Berre étaient au départ décidés à partir sur un pulvé avec coupure de tronçons, Jérôme Le Meur leur a proposé d’attendre quelques semaines et l’arrivée au catalogue de la coupure GPS buse à buse lors du Space 2016. La coupure de tronçons arrête la pulvérisation par section de 3 m de rampe. Avec la coupure buse à buse, chacune s’arrête individuellement c’est-à-dire tous les 50 cm, en manuel ou en automatique.

« C’est impressionnant dans les parcelles qui terminent en pointe, les buses s’arrêtent très rapidement les unes après les autres. Sur certaines cultures sensibles lors du désherbage comme la ciboulette,on ne double jamais car on adapte la largeur de travail à la configuration de la culture (travail en planche…) ce qui évite de pénaliser le rendement », explique Éric Le Berre. Cette option qui vaut environ 5 000 € à l’achat permet de tomber au plus juste en terme d’épandage de produits phytosanitaires à l’hectare.

« Nous avons un outil de simulation pour estimer les économies que l’on réalise avec la coupure GPS buse à buse. Sur l’exploitation du Gaec Le Berre, nous estimons que l’économie annuelle en produit phytosanitaire est de l’ordre de 2 000 €. C’est donc un investissement qui est très rapidement rentabilisé », précise Jérôme Le Meur. De son côté, Johann Le Berre apprécie la facilité d’utilisation du pulvérisateur : « Une fois que tout est paramétré et que le tour du champ est fait pour délimiter les bords de la parcelle sur le GPS, il n’y a plus rien à gérer, tout se fait automatiquement, du relevage de la rampe en passant par la coupure des buses, mais aussi les rinçages du pulvérisateur depuis la cabine…. » Après quelques mois d’utilisation et un peu plus de 500 ha pulvérisés, les éleveurs apprécient le confort de travail, la précision, le gain de temps, et les économies de produits réalisées.

Un changement de buse automatique
Disponible sur pulvérisateurs trainés et automoteurs, le système Amaselect permet de changer automatiquement de buse en fonction des variations de vitesse d’avancement, ou de la consigne de pulvérisation de produit phyto et/ou d’epandage d’azote liquide en fonction des cartes de préconisation à la parcelle, pour faire de la modulation de dose intra parcellaire. « Ce système offre la possibilité d’atteindre des vitesses élevées quand c’est possible. Ça permet aussi de franchir des passages délicats à faible vitesse sans pénaliser la qualité de pulvérisation. On peut donc réaliser un maximum d’hectares lorsque les conditions sont idéales », précise Jérôme Le Meur.

Le changement de buse automatique de ce quadri jet est couplé à la coupure buse par buse et à un éclairage Led. « Le changement automatique de buse permet de toujours rester dans la plage de pression optimale d’utilisation de chaque buse pour préserver la qualité d’application et donc l’efficacité du traitement. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer