Grâce au veau, un lait valorisé à 400€/1000L

veau - Illustration Grâce au veau, un lait valorisé à 400€/1000L

À l’arrêt des quotas, l’association du veau Bretanin a travaillé sur la revalorisation de la rémunération des éleveurs pour que l’activité reste attractive. Le label cherche de nouveaux producteurs. Aux forums des opportunités Circuits courts et filières qualité à Quimperlé et Caulnes, les responsables du veau Bretanin feront partie des exposants en filière qualité. Ce créneau a été créé en 1989 par un groupe d’artisans bouchers et d’éleveurs laitiers bloqués dans leur développement par la mise en place des quotas. En 2015, l’arrêt de ces quotas, a été l’occasion pour la filière implantée sur tout le Grand Ouest de rebondir. « Un travail de revalorisation des ateliers veaux a été mené pour conserver et même renforcer un produit reconnu et demandé dans les points de vente. Cela passait par une rémunération correcte des éleveurs en plaçant notre grille au-dessus du prix laiterie. Sur les deux dernières années, le Bretanin a ainsi valorisé le lait à un niveau de 400 € / 1 000 L », explique le directeur Jean-Stéphane Blanchard. « Intéressant financièrement » Delphine Érussard, installée avec son mari à Scrignac (29), s’est lancée dans l’aventure du veau Bretanin en 1997. « Aujourd’hui, nous élevons 80 veaux par bande, pendant 18 semaines. Soit 2,5 bandes par an. » Chaque animal élevé sur paille consomme entre 1 200 à 1 400 L de lait. Au total, près de 280 000 L sont bus par les Bretanin. « C’est du travail. » Surtout au moment du démarrage quand il faut faire boire au seau tétine ces veaux allaitants de race pure. « Le sanitaire réclame aussi de la surveillance pour limiter diarrhées et problèmes respiratoires dans des lots d’animaux provenant parfois de 80 élevages différents. » Deux fois par jour, après l’heure de traite pour passer les 70 laitières, il faut compter une…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article