En lait, l’avenir s’invente dans les têtes

Trois invités pour trois regards sur l’avenir des entreprises, jeudi 15 juin à l’assemblée de BCEL Ouest. - Illustration En lait, l’avenir s’invente dans les têtes
Trois invités pour trois regards sur l’avenir des entreprises, jeudi 15 juin à l’assemblée de BCEL Ouest.

Des opportunités existent dans tous les secteurs. Y compris en agriculture. À condition de les voir et de les saisir. Il faut pour cela faire preuve d’agilité intellectuelle. « Nous avons doublé notre productivité dans les élevages. Mais le prix du lait n’a pas bougé depuis 25 ans ». Autrement dit, l’agriculteur ne gagne pas plus, signifie cet éleveur laitier qui participait à l’assemblée générale de BCEL Ouest, jeudi dernier à Carhaix (29). Le poids des choix individuels Cet agriculteur n’était de toute évidence pas d’accord avec l’agroéconomiste, Jean-Marie Séronie, qui quelques instants plus tôt, démontrait courbes et chiffres à l’appui que la « tendance lourde était à l’augmentation des revenus par UTH en production laitière ». Et l’économiste de préciser ses déclarations : « Sauf que l’on observe des variations du simple au triple avec une valeur ajoutée qui va de 20 000 à 60 000 €/UTH ». Un écart qui ne s’explique pas prioritairement par le volume produit mais aussi – d’abord – par les choix économiques individuels. « Les annuités augmentent régulièrement depuis des années et l’on observe des variations de 100 €/1 000 L d’une exploitation à l’autre ». L’économiste parle du « grand écart de performance ». [caption id=”attachment_27682″ align=”aligncenter” width=”680″] Trois invités pour trois regards sur l’avenir des entreprises, jeudi 15 juin à l’assemblée de BCEL Ouest.[/caption] En monnaie sonnante et trébuchante, le prix d’équilibre du lait s’est pris 70 €/1 000 L ces dernières années, alors que le prix du lait varie désormais de 20-25 % à la hausse ou à la baisse, soit 45 % d’écart entre son point haut et son point bas. Pas toujours facile de résister à une telle amplitude… D’autant qu’en parallèle, il faut avoir l’œil rivé sur la demande sociétale qui veut un lait produit avec ceci, comme ceci, sans cela… De l’informatique aux mammites Bruno Marchon, directeur…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte

Already a member? Connectez-vous ici

Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article