Politique et Syndicalisme

340 €/1000 litres pour vivre de son travail

Mardi 6 juin les producteurs laitiers costarmoricains ont bloqué la laiterie Sodiaal à Guingamp (22). À l’appel de la FDSEA 22, JA 22 et la Confédération paysanne, les éleveurs sont venus porter leurs revendications à la direction de la coopérative.

50 % des éleveurs vivent avec moins de 350 €/mois

« C’est la suite de notre action de la semaine dernière lors de la session régionale de la Chambre d’agriculture où nous avons interpellé les coopératives pour discuter sur une augmentation du prix du lait payé au producteur. Personne ne nous a contactés c’est inadmissible », explique Jean-Marc Lohier, président de la section laitière de la FDSEA 22. Les éleveurs sont déterminés et annoncent bloquer l’usine pour au moins 48 heures. « Nous laissons circuler les camions qui collectent le lait, par contre aucun produit fini ne sort d’ici », lance Jean-Marc Lohier. Les revendications sont claires : « Aujourd’hui nous sommes payés 305 €/1 000 litres, il est impératif d’arriver à un accord pour 340 €/1 000 litres. »

Le responsable syndical dénonce la situation dramatique dans laquelle se trouvent les éleveurs. « 50 % d’entre nous vivent avec moins de 350 €/mois. Certains n’ont même pas eu de semences de maïs car ils ne peuvent plus payer. » Pourtant tous les signaux sont au vert pour que le prix augmente. Les éleveurs ne sont pas dupes : « Il y a de l’argent dans la filière mais la base ne capte pas la valeur ajoutée. » Et Jean-Marc Lohier de dresser le bilan de ces 3 dernières années de crise : « Une exploitation produisant 470 000 L de lait a creusé un trou de trésorerie de plus de 45 000 € en 3 ans. Si rien n’est fait dans les prochains mois, 30 % des exploitations seront dans une situation très critique. Nous n’avons jamais vu autant de cessations d’activité dans le monde agricole. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer