À l'étrangerEnergies et environnementFinistère

FarmÉrasmus envoie des agriculteurs en Bulgarie

Quatre agriculteurs français s’apprêtent à passer un séjour en Bulgarie, dans une exploitation céréalière pionnière en agriculture biologique. Financé par le programme FarmÉrasmus mis en place par l’ONG Greenpeace, un Finistérien fera partie du voyage.

Producteur de porcs installé à Dirinon, Stéphane Brélivet termine les préparatifs d’une visite qui le conduira sur la ferme biologique d’Alberta Simeonova, agricultrice bulgare. Grâce au programme FarmErasmus, il pourra ainsi se perfectionner dans les productions végétales, et recueillir l’expérience acquise par la productrice depuis 20 ans. « Il n’y a pas de contradictions entre Greenpeace et agriculteurs, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Cette ONG est très ouverte aux paysans, même non-bio, qui souhaitent faire évoluer leur outil de travail », explique le Finistérien, qui ajoute que « cette ONG est en contact avec le consommateur, et sait alors ce qu’ils veulent en termes d’alimentation ».

Lier écologie et social

Greenpeace s’appuie sur 7 principes qui « offrent des perspectives aux producteurs. Ainsi, 95 % des agriculteurs existant peuvent suivre cette réflexion, même en transition longue de son système de production. Entre 100 et 150 000 emplois pourront ainsi être créés », pense l’éleveur. Cette transition, Stéphane Brélivet s’y est engagé, en convertissant sa ferme en bio, avec un élevage de cochon actuellement en Label rouge.

« Dès 2018 et après transformation des bâtiments existants, la vente de ma production pourra démarrer. Cette visite en Bulgarie m’apportera des réponses sur les conduites à suivre en productions végétales : je souhaite diversifier mes cultures, choisir des mélanges plutôt que des espèces pures, et adapter ces cultures en fonction du contexte pédoclimatique. Mes sols sont très différents, la difficulté réside dans l’équilibre entre le sol et le climat pas toujours très simple pour une production biologique en Finistère ».

Sans copier le système d’Europe centrale qu’il va côtoyer, il espère plutôt bénéficier des connaissances agronomiques et culturales en place dans ce pays, car « avec 275 ha de culture et 30 ha de vigne, Albena Simeonova maîtrise les méthodes de désherbage mécanique. De plus, la main-d’œuvre est très présente là-bas, avec 20 salariés à l’année. Il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas de lien entre quantité de denrées alimentaires produits et emploi. Je souhaite développer chez moi ce système de souveraineté alimentaire ». Un état d’esprit qui conduira le producteur à diminuer le nombre de truies de son élevage, pour répondre à une demande locale du consommateur.

Les 7 principes de Greenpeace
Pour replacer l’humain au cœur du système alimentaire, l’ONG a réfléchi à 7 principes :

  1. Renforcer la souveraineté alimentaire ;
  2. Donner une place de choix aux agriculteurs et à la ruralité ;
  3. Améliorer la production et les rendements alimentaires
  4. Favoriser la biodiversité ;
  5. Préserver l’eau et la santé des sols ;
  6. Choisir des méthodes écologiques pour lutter contre les parasites ;
  7. Développer la résilience des systèmes alimentaires.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer