En bref

Le plan laitier et bovin breton ne sauvera pas les éleveurs

Le Président du Conseil Régional de Bretagne s’est déplacé lundi matin sur une exploitation agricole en Ille-et-Vilaine pour annoncer l’élaboration d’un plan lait et viande bovine régional. Le cœur de ce plan semble être des fonds supplémentaires pour l’accès à des Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC).

Communiqué FRSEA/JA Bretagne du 25 mai 2016

“Nous attendons la sortie de ce plan en version écrite pour nous prononcer plus précisément dessus. Mais, ce ne sont pas des MAEC qui sauveront les éleveurs, qui leur apporteront de la trésorerie et du revenu. Le financement perçu par un agriculteur pour une MAEC compense le changement de pratiques impliqué par ce contrat et donc des charges supplémentaires. Par ailleurs, le second pilier de la PAC devrait avant tout servir à une meilleure structuration des marchés et à faire de la gestion de crise, dans l’intérêt collectif des producteurs, afin d’appuyer une ambition forte en faveur de notre grande région agricole.”

“Notre seconde réaction, en lien avec la première, est de nous retourner vers l’Etat”

“Le problème est aujourd’hui le manque de revenu des exploitants. La situation des éleveurs, dans toutes les productions, s’est encore dégradée. Après les producteurs de porc et de viande bovine, les producteurs de lait font face à un effondrement du prix qui est loin de couvrir les charges. Ils vendent à perte ! Et, dans ce contexte, les retards de paiement des aides PAC de l’année dernière creusent encore les difficultés de trésorerie et cette situation est intolérable.

Dans l’immédiat, un plan d’urgence est indispensable : mise en œuvre réelle de l’année blanche par les banques, fonds d’allègement des charges et prêt à taux zéro accessible aux producteurs qui le demandent.

Sur le plan structurel, pour donner un avenir à la production laitière et bovine de la Bretagne, la FRSEA et les JA de Bretagne demandent à la France et à l’Union Européenne de prendre des décisions immédiates et courageuses :

  • A quand un financement européen de la régulation et un engagement de tous les pays producteurs ? Le Gouvernement doit l’obtenir, sinon s’être battus à Bruxelles pour la reconnaissance de la crise n’aura servi à rien !
  • A quand la publication du décret annoncé pour imposer l’identification d’origine des produits (laitiers et à base de viande) ? La valorisation du marché intérieur passe par là !
  • A quand la révision de la Loi de Modernisation de l’Economie (LME) ? Il est vital qu’un meilleur équilibre dans les relations commerciales soit établi, afin de permette aux agriculteurs de récupérer la valeur de leurs productions qui est actuellement captée en totalité par les autres maillons de la chaîne !

Le plan laitier et bovin breton ne sauvera pas les éleveurs !”

Source FDSEA/JA Bretagne

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer