En brefFinistère

Pénurie d’essence : Stop aux blocages qui tuent l’économie locale

Depuis plusieurs mois, la situation des producteurs de fruits et légumes est compliquée, notamment à cause du beau temps qui tarde à arriver. Pour les sections légumes de la FDSEA et JA du Finistère, ce n’est pas le moment d’en rajouter en bloquant les raffineries.

Communiqué FDSEA/JA 29 du 25 mai 2016

Les conséquences pour la filière fruits et légumes sont colossales, et d’autant plus pour l’horticulture à la veille de la fête des mères. Les camions de livraison ne peuvent plus rouler en France, ce qui implique que :

  • les producteurs produisent à perte ou détruisent leur production puisqu’ils ne peuvent pas l’écouler.
  • les clients se tournent vers des fournisseurs étrangers de fruits et légumes qui, eux, n’ont pas la contrainte de l’éloignement ; un non-sens total vu la qualité et la quantité des fruits et légumes proposées par les agriculteurs français.

Contre-productif pour l’économie et les emplois français

Si la FDSEA et JA comprennent l’importance de l’expression syndicale, les responsables des mouvements sociaux doivent prendre conscience qu’ils déclenchent une véritable pompe à importation contre-productive pour l’économie et les emplois français. Les sections légumes de la FDSEA et JA tirent la sonnette d’alarme : l’économie locale est en train de mourir à petit feu, asphyxiée par manque de gasoil, et ce sont nos concurrents européens qui se réjouissent en prenant nos parts de marchés. La Belgique approvisionne plus facilement Paris en tomates que le Finistère : quelle aberration !

“Cette situation ne peut plus durer”

Les sections légumes de la FDSEA et JA du Finistère demandent instamment de trouver une sortie de crise, ou un autre mode de mobilisation qui ne mettrait pas en péril les entreprises qui créent l’économie et les emplois locaux. Il ne faut pas se tromper de cible.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer