Productions Agricoles

Deux fois plus de poulettes chez Sylvie et Pascal Chevillard

L’élevage de 4 800 m2 des époux Chevillard est spécialisé dans la production de poulettes et de coqs reproducteurs. À 21 semaines, ils s’envolent vers des élevages de production d’œufs à couver.

Intermédiaire entre la sélection et la production, l’élevage du Plessis à Saint-Malon-sur-Mel (35) reçoit des poussins d’un jour et les bichonne jusqu’à 21 semaines d’âge. Ils partent ensuite chez des éleveurs travaillant en contrat de production d’œufs à couver avec le couvoir Perrot. « Nous étions spécialisés en futurs reproducteurs dinde avec 2 poulaillers de 1 200 m2 », explique Sylvie Chevillard. « Suite à un incendie en 2013, nous avons décidé de reconstruire et d’équiper l’ensemble de l’élevage pour la production de futurs reproducteurs de poulets de chair ». En 2015, ils ont entrepris la construction de 2 nouveaux bâtiments de 1 200 m2. Plus d’un million d’euros investi en 2 ans dont 720 000 € pour les deux derniers poulaillers (300 €/m2). Ils ont bénéficié d’une aide à l’investissement de la part du couvoir : 48 €/m2 étalés sur 15 ans et d’une aide de la Région. En rythme de croisière, l’élevage accueillera 33 000 poulettes dans 3 bâtiments. Le quatrième sera réservé à l’élevage des coqs.

Programme lumineux adapté

Les poulaillers sont équipés d’une ventilation dynamique transversale pour une bonne maîtrise de l’ambiance. Le système d’alimentation par chaîne assiette assure une distribution homogène et rapide de l’aliment pour diminuer la compétition entre animaux. Le chauffage, au départ, est localisé (radiants) et le bâtiment est dénué de fenêtres pour gérer au mieux l’éclairage. Le programme lumineux est adapté pour un départ des animaux à 21 semaines, juste avant les premières pontes. « Avec de la lumière naturelle parasite, les poulettes pourraient être tentées de pondre trop tôt, avant le départ, ou trop tardivement chez les éleveurs de production d’œufs à couver ». Les poulettes pondent ensuite jusqu’à 62 semaines d’âge. Leurs œufs prennent la destination du couvoir. De là, les poussins sont expédiés dans les élevages de production de poulets de chair.

Pesée hebdomadaire

« Notre travail consiste à produire des lots de poulettes homogènes. Nous pesons un échantillon d’animaux toutes les semaines. L’alimentation est gérée en fonction de la prise de poids. La croissance doit être harmonieuse ». Sylvie et Pascal Chevillard souhaitent poursuivre leur dynamique de développement. « Nous sommes à deux sur l’exploitation qui compte 65 hectares de céréales, de légumes et des bovins viande. Nous souhaitons intégrer notre fils rapidement ». Le couvoir compte sur ces éleveurs pour développer son activité. Selon Dominique Perrot, « pour répondre à la demande croissante de la filière avicole et parce que les souches évoluent : la demande de poulets lourds implique une surface plus importante de poulaillers ». 60 éleveurs sont en contrat d’intégration avec le couvoir Perrot, sur une surface de poulaillers de 135 000 m2, dont 55 000 pour la production de poulettes.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer