Ille-et-VilainePolitique et Syndicalisme

Plus de 60 exploitations accompagnées

Les exploitations ayant le lait en production principale restent majoritaires dans les dossiers traités par le Cota. La proportion de jeunes tend à augmenter.

« Ensemble, nous devons lever les freins pour que chacun ose parler de ses difficultés et puisse rebondir », souligne David Dugueperoux, président du Cota (Comité technique Atese, service d’accompagnement des entreprises fragilisées de la Chambre d’agriculture). En effet, « il existe une solution adaptée à chaque situation. Dès la première alerte, il faut agir car une bonne anticipation est souvent gage de réussite », ajoutent les responsables du service.

12 reconversions sur 64 dossiers

Lors de l’assemblée générale qui s’est tenue le 19 novembre à Rennes, un bilan de l’activité sur 2014 a été réalisé. « 64 entreprises ont été accompagnées dont 50 en poursuite d’activité, 12 en reconversion et 2 en arrêts en fin de carrière. La proportion des agriculteurs de moins de 40 ans tend à augmenter (18 % des dossiers aidés contre 14 % en 2013) et plus d’un quart des exploitants accompagnés sont célibataires, divorcés ou veufs. Une difficulté supplémentaire liée à l’isolement. Les exploitations ayant le lait en production principale restent fortement représentées dans les dossiers aidés (61 %), même si les productions porcine (9 %) et bovin viande (6 %) apparaissent de plus en plus. Les producteurs de porc en difficulté passent souvent par d’autres réseaux.

Parfois, des problèmes d’abord humains

Les conseillers de l’Atese proposent un diagnostic dans le but de retrouver des repères techniques, un bon état sanitaire, de travailler sur l’amélioration de la rentabilité, de mettre en place une aide au remplacement… Des tables rondes et nombreux échanges sont organisés, des aides financières sont proposées. « Selon les cas, nous pouvons travailler sur la restructuration financière, rechercher des moyens de production supplémentaires, réfléchir sur des stratégies de productions… Parfois, nous accompagnons la sortie du métier, il y a de plus en plus de reconversions. » Dans certains cas, la situation économique de l’entreprise est équilibrée, les problèmes sont davantage humains (divorce, accident…). Le rôle du Cota est d’analyser les situations, de donner un avis, d’émettre des propositions qui seront reformulées aux exploitants, et de proposer un plan d’actions incluant un accompagnement humain. Agnès Cussonneau

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer